Pas de témoignage en burka dans les tribunaux espagnols

Un compromis a été trouvé pendant cet entretien. La femme viendra témoigner lundi avec sa burka mais à visage découvert: au moment de sa déposition, elle en soulèvera la partie supérieure.

Un juge espagnol a expulsé mercredi de la salle d’audience où est jugée à Madrid une présumée cellule d’islamistes radicaux une femme qui refusait de témoigner sans sa burka, avant de trouver avec elle un compromis, a rapporté une correspondante de l’AFP.

La loi civile prime sur la loi religieuse

Face au refus de cette femme de soulever sa burka pendant son témoignage, le président du tribunal, Javier Gomez Bermudez, lui a demandé de quitter la salle, après lui avoir expliqué que devant les tribunaux espagnols, il est obligatoire de s’exprimer à visage découvert.

« En voyant votre visage, je peux voir si vous mentez ou non, si vous êtes surprise par une question ou non », a déclaré le magistrat à la femme, soeur d’un islamiste radical mort en 2005 en commettant un attentat suicide en Irak.

La femme a expliqué à son tour que sa religion lui interdisait de s’exprimer en public le visage découvert, mais qu’elle s’était brièvement découverte à l’entrée du tribunal pour que la police la laisse passer.

Lui rappelant qu’en Espagne, la loi civile prime sur la loi religieuse, le juge Bermudez l’a alors expulsée et l’a convoquée dans son bureau après l’audience, en présence de la procureure.

Un compromis douteux pour la démocratie
Un compromis a été trouvé pendant cet entretien. La femme viendra témoigner lundi avec sa burka mais à visage découvert: au moment de sa déposition, elle en soulèvera la partie supérieure, découvrant son visage « du menton jusqu’aux sourcils » et s’exprimera le dos tourné au public et aux journalistes.

La femme s’est dite satisfaite de cette solution, déclarant à la presse que le magistrat avait « été très aimable » avec elle.

Le juge Gomez Bermudez est un habitué des procès lié à la mouvance islamiste radicale. En 2007, il avait présidé le procès des auteurs des attentats contre les trains de banlieue de Madrid (191 morts et plus de 1.800 blessés) perpétrés par un groupe se revendiquant d’Al-Qaïda.

Les femmes portant la burka, voile intégral couvrant le corps de la tête aux pieds, sont très minoritaires au sein de la communauté musulmane en Espagne. (belga/th)

23/09/09 15h28
0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.