La réforme de l'instruction, pas votée mais déjà appliquée à Nanterre

12 Juillet 2010 Par gilles sainati

Supprimer le juge d »instruction? Pour un avant-goût d »une réforme toujours possible, aller voir à Nanterre, sur l »affaire Bettencourt, l »enquête du procureur Courroye, ni indépendant ni impartial. Par Gilles Sainati, membre du Syndicat de la magistrature.

————

pave.jpgOn sait à quel point l »exécutif veut supprimer les juges d »instruction, même si la réforme qui devait aboutir à cette suppression a dû être reportée… Aussi, l »on ne peut pas être étonné de voir un procureur de Nanterre arc-bouté sur ses pouvoirs et voulant, contre toute pratique habituelle, continuer à «instruire» des enquêtes sous son autorité dans le cadre de l »affaire Bettencourt.

Du reste, Michèle Alliot-Marie, ministre de la justice, soutient le procureur dans cette attitude en estimant, dans «le Figaro» de ce jour, que «l »enquête avance, et vite. Les fuites quotidiennes viennent le démontrer. Des règles existent pour garantir l »indépendance de l »enquête. Elles sont respectées.» Interrogée sur un possible dépaysement du dossier, la ministre affirme que «les premiers concernés, les parties au procès, ne l »ont pas demandé. La question ne se poserait que si elles le faisaient».

Ainsi, nous sommes en train de vivre in concreto les avanies d »une réforme que l »on nous promet toujours….

Quels sont ces principes d »indépendance et d »impartialité dont beaucoup de professionnels estiment qu »ils devraient s »appliquer à Nanterre et rendent périlleuse une suppression des juges d »instruction?

Tout d »abord l »indépendance. Ce sujet est largement connu, aussi en ce domaine nous ne ferons que reproduire quelques articles retenus par le Conseil supérieur de la magistrature (CSM) dans son recueil publié chez Dalloz en juin 2010, et dont tous les magistrats ont reçu un exemplaire:

– A4: «les magistrats préservent leur indépendance vis-à-vis des pouvoirs exécutif et législatif, en s »abstenant de toute relation inappropriée avec leurs représentants et en se défendant de toute influence indue de leur part»

– A6: «la mobilité géographique permet de préserver les magistrats de relations trop proches avec les diverses personnalités locales, notamment auxiliaires de justice, institutions, associations partenaires, milieux économiques et médias»

– A10: «dans l »exercice de leurs fonctions, ils bannissent par principe et repoussent toute intervention tendant à influencer, directement ou indirectement, leurs décisions, en dehors des voies procédurales et légales». Le CSM suggérant que le magistrat «ne doit pas céder à la crainte de déplaire ni au désir de plaire au pouvoir exécutif»…

Le procureur de Nanterre envisage-t-il de demander sa mutation, pour cesser ces discussions infinies sur sa proximité avec le chef de l »Etat, dans une affaire qui concerne les cercles du pouvoir, dans un département fief du président? Non, c »est l »inverse: ce magistrat a été nommé procureur à Nanterre (hauts-de-Seine) par Pascal Clément, alors Garde des Sceaux, et contre l »avis du CSM en date du 26 février 2007…

Ensuite, l »impartialité. Le CSM aborde ce principe dans son recueil, soulignant que «l »impartialité est, au même titre que l »indépendance, un élément essentiel de la confiance du public» (B2).

Le CSM recommande «d »éviter la participation d »un juge, exerçant habituellement des fonctions spécialisées à une audience casino correctionnelle concernant un justiciable avec lequel il a connu des difficultés dans un contentieux antérieur». Que dire alors d »un procureur qui instruit une affaire où il est nommément cité? Respecte-t-il cette impartialité objective nécessaire à la sérénité des débats judiciaires et de l »enquête?

Nous ne reprendrons ici qu »un attendu de l »arrêt Medvedyev de de la Cour européenne des droits de l »homme, qui mentionne dans son  paragraphe n°124 qu »une autorité de poursuite «doit présenter les garanties requises d »indépendance à l »égard de l »exécutif et des parties, ce qui exclut notamment qu »elle puisse agir par la suite contre le requérant dans la procédure pénale, à l »instar du ministère public».

Certes, dans le cas d »espèce, il s »agissait de garde à vue, mais dans l »affaire de Nanterre, nous avons non seulement un procureur sur lequel pèsent des soupçons de dépendance du fait de son statut et de ses conditions de nomination, mais qui encore est personnellement «impacté» (pour reprendre la novlangue ministérielle).

En réalité, le premier réflexe de n »importe quel juge est de se dessaisir d »un dossier où il est personnellement mis en cause; pratique saine et rapide…

C »est donc au mépris des pratiques habituelles, des principes déontologiques exposés par le CSM et confortés par une  jurisprudence européenne que le procureur de Nanterre s »entête… N »en déplaise à l »analyse du Garde des Sceaux.

Enfin, la sécurité. Ce choix se fait au mépris d »un dernier principe dont il est peu fait état dans les commentaires: la sécurité juridique. Celui-ci est suggéré par les propos du Garde de Sceaux lorsqu »elle fait allusion au désaisissement et qu »elle affirme: «Les parties au procès ne l »ont pas demandé. La question ne se poserait que si elles le faisaient». Or, il n »y a pas encore de parties au procès, nous ne sommes que dans une phase d »enquête et aucune juridiction n »est saisie: les articles 668 et 669 du code de procédure pénale qui concernent la récusation ne  pourront s »appliquer que plus tard, lorsqu »une personne sera poursuivie….

Mais le dépaysement du dossier Bettencourt «dans l »intérêt d »une bonne administration de la justice» pourrait toujours être décidé par la Cour de cassation, soit sur requête du procureur général près la Cour de cassation, soit sur requête du procureur général près la cour d »appel de Versailles, agissant d »initiative ou sur demande des parties…

Pourquoi un tel dépaysement? Pour justement éviter les possibles récusations qui pourront arriver dans la phase judiciaire et éviter aussi les nullités diverses qui pourraient résulter d »une conduite de la procédure pénale par un procureur dont l »impartialité est en question. Cela s »appelle la sécurité juridique. Mais peut-être, justement, faut-il un maximum d »actes nuls pour éviter que ces procédures touchent un jour la barre d »un tribunal sur le fond?

Gilles Sainati, membre du Syndicat de la magistrature

Appel à une "grève du zèle" de la justice en septembre

Dix-sept syndicats et organisations du monde judiciaire français appellent à une « grève du zèle » dans les tribunaux en septembre et à d’autres actions pour demander davantage de moyens et protester contre un projet de réforme. 

Cette action fera suite à une première journée d’action menée le 9 mars dernier, qui avait vu des milliers de magistrats, avocats, gardiens de prison et autres personnels de justice manifester dans toute la France.

Cette fois, les juges entendent appliquer strictement les règles de fonctionnement pour montrer l’engorgement de la chaine judiciaire.

« Dans les juridictions, nous appelons à compter du 20 septembre 2010 à ce que plus aucune audience ne se tienne sans greffier, seul susceptible d’en assurer le bon déroulement et d’authentifier les propos qui y sont échangé », expliquent les 17 organisations dans un communiqué.

Les protestataires souhaitent aussi que les juges fassent en sorte que les audiences ne durent pas plus de six heures de suite « afin de garantir à chaque justiciable la même qualité d’écoute de la part du tribunal ».

Les magistrats siégeant seuls sont appelés à renvoyer l’examen des affaires devant des formations collégiales, la réflexion collective « étant par nature une garantie de meilleure qualité des décisions rendues ».

Il est aussi prévu en octobre des visites communes de magistrats et avocats dans les prisons pour dénoncer les conditions de détention. D’autres actions thématiques seront lancées pour sensibiliser les citoyens sur « l’état alarmant » de la justice, disent les organisations.

Le projet de réforme de la procédure pénale, avec notamment l’idée très critiquée de supprimer le juge d’instruction, a été repoussé sine die. Alors qu’il était question d’une présentation au Parlement en 2011, assez lointaine, aucune date n’est plus désormais fixée.

Le gouvernement assure cependant que le projet est maintenu. Les magistrats s’inquiètent en outre du fait que, du fait de limitations de crédits, de nombreuses juridictions sont en effet depuis plusieurs mois dans l’incapacité de payer leurs frais.

La justice française a fonctionné en 2009 avec 6,6 milliards d’euros (2,5% du budget de l’Etat). Le Conseil de l’Europe classe la France au 35e rang sur 43 pour son effort financier en faveur de la justice.

Thierry Lévêque, édité par Yves Clarisse

Vendredi 2 juillet, 16h29

Reuters

Afrique

1. Première session

2. Accusé d’association de malfaiteurs

3. Congo-Kinshasa: Une justice juste

4. Kenya : violences post-électorales est nécessaire

5. Cameroun: Accusée de tentative

6. Natitingou:Une prime divise le personnel

7. Le Président Zine El Abidine Ben Ali La Presse de Tunisie

8. Kaolack – Poursuivi

9. Il tue son ami au couteau

10. Des cambrioleurs prennent 4 ans

11. Accusé d’assassinat, Mamadou

12. Accusé d’association de

13. Ousmane Conté désigné baron de la drogue par Barack Obama: La

14. « Procès-Verbal » félicité

15. L’audience du jeudi Conakry

16. Issa Coulibaly prend 7 ans

17. Le voleur condamné à mort par contumace

18. Le tribunal des flagrants délits relaxe un prévenu

19. Agbéyomé Messan Kodjo

20. Le HCR critique l’absence de justice pour

21. Madagascar Procès prévu pour le 23 juin

Il s’essuie avec le drapeau tricolore, Michèle Alliot-Marie proteste Drapeau français assimilé à du papier toilette : Alliot-Marie veut Photo politiquement incorrecte : outrage ou oeuvre d’art ? Michèle ALLIOT MARIE intervient dans la scandaleuse affaire du d’engager des poursuites pénales suite à la scandaleuse affaire de la photo lauréate du marathon photo organisé par la Fnac de Nice qui montrait un homme s’essuyant le derrière avec le Drapeau : Respect des Lois alliot-marie ne rigole pas avec le drapeau français Alliot-Marie envisage une action juridique contre la photo polémique La photo d’un drapeau français servant de papier toilette n’est Outrage au drapeau Français, il n’y aura pas de poursuite. – Le Atteinte au drapeau national: Michèle Alliot-Marie et Luc Chatel Le bazar ! » Outrage au drapeau : Michelle AlliotMarie pense à un Polémique : le drapeau français en guise de papier toilette Outrage au drapeau présumé à Nice: MAM réfléchit à un décret Condamné pour s’être essuyé les fesses avec un drapeau? Retour sur image… Un homme qui s’essuie le postérieur dans le Outrage au drapeau ? [vid] | egoblog.net juridiquement, on peut encore prendre des mauvaises photos « Outrage au drapeau » : la garde des Sceaux a tout faux La LDH soutient la photo antifrançaise primée par la FNAC Le ministère de la justice prépare un décret sur l’outrage au Michèle AlliotMarie ??? Outrage au drapeau français : même l’art Michèle AlliotMarie à l’Assemblée nationale le 25 mai 2010 amende de 1.500 euros l’outrage au drapeau français, y compris dans un