Les procès médiatiques attendus

 

Du 20/04 au 7/07 – La filière « Cannes-Torcy » – Paris

Du 24 au 28/04 – Les parents de Bastien décédé dans une machine à laver – Paris

Du 25/04 au 5/05 -La fusillade de Roye – Amiens

Du 25/04 au 18/05 – Francis Heaulme pour le double meurtre de Montigny-lès-Metz – Metz

Les 27 et 28/04 – Robert Plant pour le meurtre d’une joggeuse- Nîmes

Du 9 au 24/05 – L’aide soignante L. Chambet pour l’empoisonnement de 13 pensionnaires – Chambéry

Du 12 au 16/05 – Samir Dardouri pour le meurtre d’un étudiant vosgien à Marseille – Aix

SEPTEMBRE

Du 8 au 15/09 – Fabienne Kabou pour le meurtre de sa fille Adelaïde – appel – Douai

Du 11 au 15/09 –  Zbigniew Huminski pour l’enlèvement et le meurtre de Chloé – Saint-Omer

Du 21 au 29/09 –  Sofiane Rasmouk pour le meurtre et le viol de deux jeunes femmes – appel – Versailles

Du 2/10 au 3/11 – l’affaire Mérah – Cour d’assises spécialement composée – Paris

Du 9 au 20/10 – l’affaire « Fiona » – appel – Le Puy-en-Velay

Aurélie Fouquet

 

Affaire Jacqueline Sauvage

 

 

 

 

 

Maurice Agnelet

ille-et-vilaine-maurice-agnelet-condamne-a-20-ans-de-prison_861062

 

Castelnau-le-Lez – Un sondage peut-il influencer un juge ?

TGI de Montpellier

Agrandir l

Crédit Photo : TF1/LCI

TGI de Montpellier

  • Soupçonné d »avoir fait tuer sa femme, Jean-Michel Bissonnet clame son innocence ; sa défense a fait valoir un sondage favorable à sa remise en liberté. Mais le juge l »a maintenu en détention.

  • Pour l »avocat de l »accusé, un sondage doit être considéré comme « un élément d »appréciation comme peut l »être l »avis d »un expert ou d »un psychologue ».

– le 18/09/2009 – 09h28
Mis à jour le 18/09/2009 – 09h58

Le moyen de défense était pour le moins inédit mais il n »a pas changé la décision du juge des libertés et de la détention du tribunal de grande instance de Montpellier. Soupçonné d »avoir commandité le meurtre de son épouse en mars 2008, Jean-Michel Bissonnet, 62 ans, détenu depuis 18 mois et qui proteste de son innocence, a été maintenu en détention provisoire jeudi. Le parquet avait opposé deux arguments à sa remise en liberté : maintenir l »accusé à disposition de la justice et prévenir le trouble à l »ordre public.

A l »audience le 10 septembre, l »avocat de Jean-Michel Bissonnet, Me Jean-Marc Darrigade, avait pourtant produit, à l »initiative du comité de soutien de l »accusé, un sondage réalisé par un organisme professionnel auprès de 500 personnes de l »agglomération de Montpellier, destiné à jauger le trouble à l »ordre public qu »occasionnerait la remise en liberté du prévenu. Il ressortait de ce sondage, dont les résultats ont été publiés jeudi dans le quotidien Midi-Libre, que 48,8% des personnes interrogées, « en fonction de ce qu »elles connaissent de l »affaire« , ne seraient pas choquées par la remise en liberté de l »accusé, 26,6% se déclarant choquées et 24,6% ne se prononçant pas.

« Des gens sont restés en prison des années pour rien« 

« Le trouble à l »ordre public, on sait maintenant que c »est du vent« , a déclaré Marc Bissonnet, 27 ans, un des fils online casino blackjack de l »accusé, en se défendant d »avoir voulu influencer le cours de la justice. « On n »a pas demandé aux gens si mon père était coupable« , a-t-il dit. « Dans tous ces scandales, il y a des gens qui sont restés en prison des années pour rien« , a-t-il ajouté, citant l »exemple de l »affaire d »Outreau.

« La justice persiste à définir elle-même le trouble à l »ordre public alors qu »il n »a aucune définition légale« , a commenté pour sa part Me Darrigade, pour qui un sondage « n »est pas une preuve mais un élément d »appréciation comme peut l »être l »avis d »un expert ou d »un psychologue« .

D »après agence

L »affaire Bissonnet

Bernadette Bissonnet, une pharmacienne retraitée de 57 ans, a été tuée de deux coups de fusil à son domicile de Castelnau-le-Lez le 11 mars 2008. Le jardinier de la maison, Meziane Belkacem, actuellement incarcéré, a avoué être l »auteur du crime en accusant le mari d »en être le commanditaire. Un troisième protagoniste sous contrôle judiciaire, Amaury d »Harcourt, 83 ans et ami du mari, a également accusé Jean-Michel Bissonnet en reconnaissant avoir participé aux faits. La défense de Bissonnet a déjà demandé une dizaine de fois sa remise en liberté.

Procès Ferrara

Antonio Ferrara

Antonio Ferrara

Jacques Viguier

Lundi 24 octobre 2005