Chantiers Judiciaires

L?arrière du pala

Lire la suite

Actualités Judiciaires

Garde des sceaux

Avocats

 Destins

Société

ASSISES

 

Faits divers 

 

Correctionnelles

 

Chefs d’Etat

 

Europe

Belgique

 

 

 

USA

 

A

 

Af

Asie

 

CULTURE / HISTOIRE

 

ACTUALITES JUDICIAIRES, 28 AVRIL 2011

DE BELLES ASSISES

 

PROCES FUTURS

 

ACTEURS JUDICIAIRES

 

DESTINS

 

SOCIETE

 

POLITIQUE

BUSINESS

 

PEOPLE

 

SPORT

 

INSOLITE

 

REFORMES

 

BUDGET

 

MONDE

 

DEUX PROCES HISTORIQUES

 

CULTURE

Actu Judiciaire de la semaine

POLITIQUE

 

PEOPLE

 

SPORT

 

PORTRAITS

Divers

 

CAPITALISME

 

TRIBUNAUX

 

 

MONDE

CULTURE

Jackpot du casino de Palavas : le procès

DRPhotos archives D. C. ET F. V.

Ils vont passer des machines à sous à la loterie judiciaire. Ce matin, à la deuxième chambre civile du tribunal de grande instance de Montpellier, Marie-Hélène et Francis vont se retrouver face à face, pour un procès à quitte ou double. Car ces deux joueurs invétérés se disputent le Megapot, un jackpot record, tombé le 6 mars dernier au casino de Palavas-les-Flots (Hérault) : 2 174 667,15 €.

Ce jour-là, c’est Francis qui a appuyé sur le bouton de la machine n° 168, neuf fois, jusqu’à ce qu’apparaissent les trois sept, symboles de fortune. Mais c’est Marie-Hélène qui avait glissé un billet de 50 € dans l’appareil, pour permettre à son camarade de jeu, qui d’habitude lui portait chance, de s’adonner à leur passion commune. D’ordinaire, quand l’un était en fonds et pas

l’autre, ils partageaient les gains. Mais face à deux millions d’euros, la routine s’efface vite.

Marie-Hélène a donc empoché le chèque, a promis à Francis qu’elle ne l’oublierait pas, et ne lui a plus donné de nouvelles. Francis, dix jours plus tard, est allé voir un avocat. La police judiciaire a fait une enquête, a étudié toutes les images vidéo tournées ce jour-là au casino de Palavas, et n’a mis au jour aucun délit. D’où cette procédure, au civil, afin de déterminer qui est le vrai gagnant du « Megapot ». « Je vais soutenir que c’est Francis qui a décroché ce jackpot, car c’est lui qui était assis face à la machine, et qui a fait l’acte de jouer », explique Me Luc Abratkiewicz. « Il peut prétendre à la totalité des gains, voire à la moitié s’il est établi qu’ils avaient tous les deux constitué une association de joueurs. »

Une thèse catégoriquement combattue par Me Jean-Pierre Cabanes, qui défend Marie-Hélène. « Avant de jouer, il faut miser, et ce n’est pas lui, mais Marie-Hélène qui l’a fait. A l’évidence, c’est le miseur qui est le joueur. Quant aux gens du casino, ils disent que le gagnant, c’est celui qui se déclare sans contestation. » Aux juges, désormais, de trancher ce litige de bandit manchot.

Le Megapot record de Palavas-les-Flots appartient de toute façon au passé : fin août, une machine à sous de Lyon a lâché 3,125 471 € à un joueur qui avait misé 2,5 €. Et qui a préféré, allez savoir pourquoi, rester anonyme.

François BARRÈRE