(AFP) – 

BERLIN — La justice allemande a renoncé à poursuivre un policier qui avait blessé le mari d’une Egyptienne, poignardée en plein tribunal, admettant sa bonne foi, a-t-on appris mercredi de source judiciaire.

Le Parquet de Dresde a également prononcé un non-lieu en faveur du président du tribunal et du magistrat qui siégeaient à l’audience au cours de laquelle la jeune Egyptienne a été tuée, estimant qu’ils n’avaient pas manqué à leurs devoirs en matière de sécurité.

Concernant le policier, le parquet a estimé qu’il n’avait eu que quelques secondes pour réagir lorsqu’un jeune Allemand d’origine russe armé d’un couteau, Alex Wiens, s’était précipité en pleine audience sur Marwa El Sherbini, une Egyptienne portant le voile qui le poursuivait pour insultes racistes.

Le policier était intervenu au moment où le mari de la victime, Eloui Okaz, 32 ans, tentait de s’interposer pour sauver son épouse.

Croyant faire feu sur l’agresseur, le policier avait grièvement blessé le mari à la cuisse.

M. Okaz avait également porté plainte contre le président du tribunal et le juge qui présidait l’audience au cours de laquelle son épouse a été tuée, estimant que le premier n’avait pas pris des mesures de sécurité suffisantes et que le second avait tardé à déclencher l’alarme pour faire venir les secours.

« Ces accusations ne peuvent être retenues au vu des résultats de l’enquête », car en dépit de la motivation raciste du différend qui opposait le meurtrier et sa victime ce jour là, rien ne laissait penser que des mesures de sécurité supplémentaires étaient nécessaires, estime le parquet.

Le jour du drame, Alex Wiens comparaissait en appel pour insultes racistes envers Marwa El Sherbini. En première instance, il avait été condamné à 780 euros d’amende.

« Pendant l’audience de première instance, le prévenu s’était montré calme et discipliné », a rappelé le parquet.

Alex Wiens, âgé aujourd’hui de 29 ans, a été condamné le 11 novembre à la prison à vie pour l’assassinat raciste de la jeune femme, âgée de 31 ans et enceinte de trois mois au moment des faits, et qui a été surnommée « la martyre au voile » par la presse égyptienne.

Le meurtrier, qui passera au moins 15 ans derrière les barreaux, a reconnu les faits pendant son procès, mais il a nié avoir agi par haine des étrangers alors que la présidente du tribunal de Dresde a assuré que c’était « le fil rouge » de ses années en Allemagne.

L’affaire, le 1er juillet, avait soulevé l’indignation dans le monde musulman et donné lieu à des manifestations de masse, en Egypte et en Iran notamment, en raison de la réaction tardive des autorités allemandes à dénoncer le crime.

Copyright © 2010 AFP. Tous droits réservés.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.