AP

L’auteur d’un coup de feu mortel et son complice lors d’une expédition punitive entre bandes rivales, en avril 2006, ont été condamnés tôt samedi matin à respectivement 18 et 16 ans de réclusion criminelle par la cour d’assises de la Loire, a-t-on appris de source judiciaire.

Lors du verdict prononcé vers 3h30 du matin, au terme de cinq jours de procès, deux autres jeunes du quartier de La Romière, au Chambon-Feugerolles (Loire), poursuivis pour complicité de meurtre en bande organisée, ont quant à eux été acquittés, comme l’avaient demandé leurs avocats, Me Laurence Convers et Philippe Scrève.

Une peine de 18 années de réclusion criminelle, conforme aux réquisitions de l’avocate générale, Stéphanie Benoit, a été prononcée contre Samir Boulmane, 23 ans.

Interpellé plusieurs jours après le drame survenu le 14 avril 2006, vers 23h, dans le quartier de Beaubrun, à Saint-Etienne, il a expliqué à la cour que la décharge de fusil de chasse mortelle qui a atteint à la tête Abdelaziz Drikeche, 23 ans, sur les deux qui ont été tirées, était « partie accidentellement ».

Son complice Mohamed Khalfoune, également âgé de 23 ans, qui s’était lui aussi rendu à bord d’un scooter, le visage dissimulé derrière une cagoule, dans le quartier stéphanois où résidait une bande rivale, avait blessé à la tête un autre jeune d’un coup de crosse de Kalachnikov.

Il a été condamné à 16 ans de réclusion, alors que l’avocat général avait requis 15 ans, comme pour les deux autres complices présumés, acquittés, qui eux ont nié leur participation à cette expédition punitive.

Les témoignages recueillis faisaient état de quatre personnes, deux à pied et deux en scooter, ayant participé à l’agression du jeune homme, qui marchait dans une ruelle du quartier où il résidait, animé à cette heure.

La cour, l’accusation et la défense ont déploré l’absence inexpliquée à la barre de six témoins.

Les deux jeunes condamnés par la cour d’assises de la Loire travaillaient dans la même société, comme livreur de pizzas, au moment des faits. Ils ont affirmé avoir voulu « venger l’honneur » de leur quartier car ils étaient, selon eux, régulièrement « provoqués et insultés » lorsqu’ils séjournaient dans le quartier stéphanois de Beaubrun. Dans les jours qui ont précédé l’expédition punitive, une altercation suivie d’une bagarre avait eu lieu entre ces protagonistes, à la suite d’une tentative de vol de scooter. AP

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.