L’ambiance s’enveNîmes au tribunal

Garde à vous / lundi 1er mars par Xavier Monnier

La guerre continue au tribunal de Nîmes entre le président Pierangeli et son vice-président, qui a déposé contre lui deux plaintes pénales. Sous le regard inquiet du Ministère et du CSM. Gard aux retombées !

Toute empêtrée dans ses réformes de la garde-à-vue, de la procédure pénale et du système pénitentiaire, Madame la garde des sceaux Michèle Alliot-Marie n’a guère de temps pour ramener le calme dans sa maison. En particulier à Nîmes, où le tribunal prend des airs de cour de récré…

Le rugueux hiver gardois n’a pas radouci l’atmosphère au tribunal de grande instance de la ville. La guerre de tranchées entre le président Pierangeli et son vice-Président, Jourdan, déclenchée en 2007 par l’affaire Borloo (voir encadré), a redoublé d’intensité ces derniers mois. Deux dossiers au pénal, entre magistrats de bon aloi. Une jolie première !

Borloo enveNîmes le tribunal

L’origine de la bisbille Pierangeli-Jourdan, est directement liée à la vie privée d’un ministre d’Etat bien connu à Valenciennes. Début 2007, arrive devant la justice nîmoise un cas délicat, en chambre de la famille : une demande de pension à l’encontre de Jean-Louis Borloo. Devant présider l’audience, Mme Vauzelle, magistrate et par ailleurs épouse du patron socialiste de la région Paca, Michel Vauzelle, préfère s’écarter. Et refiler le bébé, au grand dam de Pierangeli. Pis, Borloo doit bourse délier et verser une pension, et Jourdan soutient sa collègue dans sa démarche, tançant même son supérieur pour son attitude peu confraternelle avec dame Paca. Soutien professionnel, faute politique…

Avant d’être nommé à Nîmes, Pierangeli a officié à Valenciennes, où un solide lien l’a uni à l’ami Jean-Louis. Et quand il s’agit d’accointances, le président du TGI de Nîmes ne barguigne pas. Des années durant, il a présidé le tribunal de Papeete en Polynésie, créant un véritable cordon de cécité autour de la gestion des atolls par Gaston Flosse, le grand pote de Jacques Chirac, désormais promis à la cabane… Un peu de piment politique dans un différent juridique.

Dénonciation calomnieuse et plus si affinités

Après une première plainte du bon M. Jourdan pour harcèlement moral et outrage à magistrat le 23 novembre dernier contre son supérieur hiérarchique, une deuxième a atterri le 9 février sur le bureau du procureur local Robert Gelli. Dénonciation calomnieuse cette fois !

Et la distribution des rôles n’a pas changé. Victime Jourdan, bourreau Pierangeli. En cause notamment une lettre du président du TGI de Nîmes du 4 mars 2007. Deux pages dans lesquelles Jourdan déguste un monceau de reproche et un comportement qui « constitue un exemple de parfaite déloyauté ». Avec copie au Premier président de la Cour d’appel, Jean-Pierre Goudon… Il est des relations de travail plus saines.

La justice se flingue - JPG - 19.3 ko

La justice se flingue
© Pier

D’autant qu’une autre missive, au ton tout aussi péremptoire, s’est retrouvée sur le bureau du ministère, signée du président de la cour d’appel de Nîmes, Jean-Pierre Goudon et du procureur général Jacques Fayen, deux proches du président Pierangeli. « Les difficultés rencontrées au sein du tribunal de Grande instance trouvent, sinon leur source, du moins un terrain favorable, dans l’attitude de M. Jourdan », décrivent ces solidaires collègues d’hermine le 3 juillet 2008.

Atteinte à la délicatesse et abus de fonction

Même les si prudents services de l’inspection judiciaire apportent de l’eau au moulin de la dénonciation calomnieuse. Daté de septembre 2009, le rapport sur les relations entre M. Jourdan et Pierangeli s’étonnent des méthodes et comportements de ce dernier, « adoptés en méconnaissance du sens des responsabilités et des devoirs de son état, constituant de surcroît, des atteintes à la délicatesse et un abus de ses fonctions ». Qu’en termes choisis, ces choses là soient dites.

Une patate chaude qui voit du pays

En lieu d’atteinte à la délicatesse et autres abus de fonctions, est notamment pointée une douteuse manœuvre de Pierangeli. La convocation le 19 mai 2008 d’un expert judiciaire, inscrit sur la liste de la cour d’appel, afin qu’il lui communique un rapport d’expertise privé sur M. Jourdan. Rapport que Pierangeli s’empressera de transmettre au Conseil supérieur de la magistrature. Une initiative « de nature à jeter le discrédit sur le premier vice président Jourdan », indique les inspecteurs. Classieux.

Un peu hagard sur l’histoire, le ministère, joint par Bakchich, a gentiment botté en touche en renvoyant les parties devant le Conseil supérieur de la magistrature, lequel en février, a renvoyé l’affaire sine die. Tant pis pour le lavage de robe sale en famille, les magistrats s’expliqueront au tribunal.

Prochaine étape, le 2 mars. M. Jourdan est convoqué par le procureur d’Avignon pour être entendu dans le cadre de sa plainte pour harcèlement moral contre Pierangeli. Or le proc d’Avignon est directement subordonné au procureur général de Nîmes, Jacques Fayen, l’ami de Pierangeli…

Une proximité qui laisse augurer d’un prochain dépaysement de l’affaire vers un autre tribunal pour départager ce crêpage d’hermine. La patate nîmoise n’a pas fini de chauffer le monde judiciaire…

A lire ou relire sur Bakchich.info :

La justice nîmoise est mal gardée : le premier vice-président du TGI attaque au pénal… son Président. Avec, en toile de fond, les liens tissés de Tahiti à Valenciennes par le patron du palais de justice (…)
A cause d’un avocat véreux, le Barreau de Bastia tutoie la faillite. Mais a trouvé grâce aux yeux de l’ordre des avocats de Paris et du Conseil national des Barreaux qui ont mis la main à la poche.
Nicolas Sarkozy a proposé la suppression du juge d’instruction, le magistrat chargé de mener des enquêtes en toute indépendance. Une sacrée régression démocratique en perspective.
L’immunité parlementaire du sénateur de Polynésie et « frère » de Chirac Gaston Flosse a été levée. Mis en examen dans une affaire de détournements de fonds et de corruption à Tahiti, il se dit convaincu « d’aller au (…)
3 réponses
  1. arnaud
    arnaud says:

    après les affaires du juge ROCHE , H.VERITA et autres scandales qui touchent une fois de plus la C.appel de Nîmes, voir les conséquences des actes de ces juges sur le site ardechejustice , simple justiciable rencontrant la justice à la C.appel de nîmes en 2003, rencontre avec la criminalité judiciaire de ce pays!

    Répondre
  2. FORNEY
    FORNEY says:

    Observer en tapant avec Google ; procureur jacques fayen ,
    comment ce magistrat a assuré pendant des années la protection de la délinquance financière à Grenoble qui ruine notre pays.
    Tout cela pour de juteux profits de réseaux mafieux qui détournent les biens? Ce qu’ a fait ce magistrat s’appelle de la corruption passive sa place est en taule, pas dans un tribunal.
    René FORNEY 0613845996 Google : RiPOU

    Répondre
  3. arnaud
    arnaud says:

    mon message n’a pas dû être apprécié dans cette cour où exerça le criminel P.ROCHE avant qu’on ne le liquide pour qu’il ne puisse parler car en conséquence , je fus condamnée le 6-7-2010 à 2800 E d’amendes pour ne pas avoir osé me taire. je convoque en correctionnelle devant le TGI de LYON tout ce petit monde dès l’automne (‘assignation en cours) Il faut commencer le grand ménage des professions judiciaires grangrenées ,décadentes et qui ne sont plus supportables dans ce pays. voir site ardechejustice  » PROCEDURES »: fautes lourdes ME FONTAINE et ME BRODIN : 2 escrocs .

    Répondre

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.