Irak/Nourriture contre pétrole: deux Britanniques devant la justice

27.08.09 | 03h37

Deux traders britanniques sont poursuivis au Royaume Uni pour violations du programme « Pétrole contre nourriture » imposé au régime de l’ancien dictateur irakien Saddam Hussein entre 1996 et 2003, a rapporté jeudi le quotidien britannique Financial Times.

Un trader, Aftab al-Hassan, doit comparaître jeudi devant un tribunal de Londres pour avoir versé 1,6 million de dollars (1,12 million d’euros) sur des comptes offshore appartenant au gouvernement irakien.

Treize comptes bancaires sont concernés, selon le Financial Times. Les faits remontent à une période allant de janvier 2001 à avril 2002.

« La défense de notre client est que tous les paiements sont parfaitement légaux. Il n’y avait rien de secret ou d’illégal dans aucun de ses treize paiements », a assuré son avocat cité par le journal.

Un second trader a comparu le 19 août pour des chefs d’accusation similaires, selon le quotidien Daily Telegraph.

Le programme des Nations unies appelé « Pétrole contre nourriture » a été en vigueur de 1996 à 2003. Il permettait à Bagdad de vendre du pétrole en échange d’aide humanitaire et de produits alimentaires qui manquaient au pays, en raison de l’embargo imposé à l’Irak après son invasion du Koweit en 1990.

Le régime de Saddam Hussein avait détourné le programme, conditionnant la vente de son pétrole au versement secret par les acheteurs de commissions qui s’étaient élevées à plusieurs millions de dollars.

Selon un rapport d’enquête d’octobre 2005, le rapport Volcker, les manipulations de ce programme par le régime de Saddam Hussein lui ont permis de détourner 1,8 milliard de dollars. Plus de 2.200 sociétés de 66 pays se sont rendues coupables de malversations, selon ce rapport.

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.