Procès d'un ancien SS en Allemagne: la défense réclame l'arrêt du procès

(AFP) –

Heinrich Boere, ancien SS, à l’ouverture de son procès à Aix-la-Chapelle en Allemagne, le 28 octobre 2009.

AIX-LA-CHAPELLE — Les avocats de la défense au procès de l’ancien SS Heinrich Boere, jugé pour avoir participé à l’exécution de trois civils aux Pays-Bas pendant la seconde guerre mondiale, ont réclamé mardi l’arrêt de la procédure, selon un porte-parole du tribunal.

Dans son plaidoyer, la défense a fait valoir que nul ne peut être jugé et condamné deux fois pour les mêmes faits. D’origine néerlandaise, Heinrich Boere, âgé de 88 ans, avait été déjà condamné à mort par contumace en 1949 par un tribunal d’Amsterdam, peine commuée en prison à vie.

« Il y a eu un procès au cours duquel il a été condamné en 1949 », a déclaré Georg Winkel, un porte-parole du tribunal d’Aix-la-Chapelle (ouest de l’Allemagne).

En décembre, Heinrich Boere, qui réside aujourd’hui en maison de retraite en Allemagne, avait reconnu avoir abattu trois Néerlandais, affirmant avoir obéi aux ordres.

Dans le cas où le tribunal d’Aix-la-Chapelle rejetterait la requête de ses avocats, ceux-ci ont plaidé en faveur d’une peine de sept ans de prison, bien inférieure à la détention à perpétuité requise début mars par le parquet à l’encontre de leur mandant, selon M. Winkel.

Heinrich Boere, l’une des dernières personnes à être jugées pour des faits remontant à la seconde guerre mondiale, avait rejoint les SS en 1940, à l’âge de 18 ans et s’était battu pour les Allemands sur le front russe.

Transféré aux Pays-Bas, il avait été fait prisonnier en 1945 avant de s’échapper en 1947 et a dit s’être caché plusieurs années avant de revenir en 1954 dans sa ville natale, à Eschweiler en Allemagne où il a été mineur de fond jusqu’en 1976.

Jusqu’à son procès qui s’est ouvert début novembre à Aix-la-Chapelle, Heinrich Boere a vécu en homme libre, l’Allemagne ayant refusé de l’extrader en 1980, estimant ne pas pouvoir déterminer s’il était apatride ou allemand.

L’Allemagne refuse d’extrader ses citoyens pour être jugés dans d’autres pays.

Un verdict est attendu le 23 mars, selon M. Winkel.

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.