MADRID | Un tribunal fédéral américain a confirmé que la société américaine Odyssey devait rendre à l’Espagne le fabuleux trésor sous-marin découvert en 2007 au large de Gibraltar, a annoncé mercredi le gouvernement espagnol.

Un module d'exploration sous-marine de la société Odyssey en mai 2007

© AFP | Un module d’exploration sous-marine de la société Odyssey en mai 2007

AFP | 23.12.2009 | 17:23

« Le tribunal fédéral de Tampa, à travers le juge Steven Merryday a (…) réaffirmé les droits de l’Espagne sur l’épave Nuestra Señora de las Mercedes et sur tous les objets illégalement soustraits par l’entreprise Odyssey », a expliqué le ministère de la Culture.

Cette décision confirme un premier avis émis en juin 2009 par juge de Tampa Mark Pizzo qui ordonnait déjà à Odyssey de rendre à l’Espagne ce trésor, selon le communiqué du ministère.

D’après la décision du juge Merryday, il est « indiscutable que l’épave Nuestra Señora de las Mercedes est un navire d’Etat espagnol et que son chargement ainsi que les restes humains sont patrimoine espagnol », indique le communiqué espagnol citant le jugement.

Odyssey peut à partir de maintenant déposer un recours, indique Madrid, mais sans préciser les délais. Les journaux espagnols El Pais et El Mundo affirment, dans leur édition internet, que le trésor pourrait être rendu à l’Espagne dans dix jours.

Odyssey avait annoncé le 18 mai 2007 la découverte « dans les eaux internationales de l’Atlantique » du plus grand trésor sous-marin jamais trouvé, composé de 500.000 pièces d’argent et de centaines d’objets en or.

Mais Odyssey s’était vite attiré les suspicions de l’Espagne, en rapatriant rapidement son butin depuis la colonie britannique de Gibraltar, au sud de l’Espagne, vers les Etats-Unis et en gardant secret l’emplacement exact de l’épave.

L’Espagne a dès le départ soupçonné Odyssey d’avoir trouvé le trésor dans ses eaux territoriales ou bien sur un navire espagnol. En septembre 2008, Madrid avait fourni des « preuves » sur le fait que l’épave pillée était « Nuestra Señora de las Mercedes », navire de guerre coulé le 5 octobre 1804 au sud du Portugal, avec une importante cargaison d’or et d’argent.

La ministre de la Culture espagnole, Angeles Gonzales-Sinde, a fait part mercredi de sa satisfaction, qualifiant la décision de la justice américaine de « cruciale pour la défense du patrimoine historique espagnol ».

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.