Paru le 2010-01-13 21:09:00

Floride, États-Unis – Gabrielle Trudeau, 78 ans, a passé plus de deux semaines en prison. Accusée à tort d’avoir conduit alors que son permis était suspendu, ses avocats commis d’office auraient oublié de venir la représenter lors de son procès.

L’histoire remonte à la fin de l’été, quand le permis de conduire de Mme. Trudeau est provisoirement suspendu : elle est arrêtée car elle roule trop lentement. L’officier de police, par manque de connaissances sur ses aptitudes, souhaite que l’État ait de plus amples informations suite à une visite médicale.

Par la suite, elle recevra un courrier officiel dans lequel elle comprend que son permis est rétabli est qu’elle n’a pas à se présenter dans les bureaux de l’administration. Mais un officier de police se présente chez elle quelque temps plus tard, avec un ordre d’arrestation. On passe les menottes à la dame de 78 ans, puis on la conduit en prison, avant qu’elle ne soit jugée.

La procédure veut qu’un avocat commis d’office prenne contact avec les personnes ayant peu de moyens, et effectivement Mme Trudeau est indigente. Mais personne ne se manifeste à l’audience. « C’est presque comme si elle était invisible. Je m’excuse sincèrement pour cette dame » déclare un avocat commis d’office. Elle sera par la suite remise en prison pendant deux semaines.

Les juges ne se rendront compte de leur erreur que plus tard et la relâcheront, se confondant en excuses. A noter que le permis de Mme Trudeau serait actuellement suspendu : elle n’aurait pu se rendre à une visite médicale, étant donné qu’elle se trouvait derrière les barreaux.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.