(AFP) –

LIMA — La Cour suprême du Pérou a confirmé en appel la condamnation à 25 ans de prison de l’ancien chef de l’Etat Alberto Fujimori pour violations des droits de l’Homme pendant sa présidence, de 1990 à 2000, a-t-elle annoncé dimanche.

La Cour suprême, qui avait examiné l’appel de Fujimori en novembre dernier, s’est prononcée à l’unanimité.

L’ancien président, âgé de 71 ans, avait été condamné en avril, à l’issue d’un procès de 16 mois, pour son rôle dans des massacres de civils en 1991-92 par des « escadrons de la mort », lors de la répression de l’Etat contre les guérillas d’extrême-gauche, dont le Sentier lumineux.

Fujimori avait été condamné au même procès pour les séquestrations avec circonstances aggravantes, par ses services secrets, d’un journaliste et d’un entrepreneur. La défense avait demandé la requalification de ces crimes en séquestrations « simples », une demande rejetée par la Cour suprême.

Lors de procès distincts en 2007 et 2009, Fujimori a aussi été condamné à des peines de 6 à 9 ans pour corruption et abus de pouvoir à la tête de l’Etat.

Les peines ne s’additionnant pas au Pérou, Fujimori, qui est emprisonné depuis son extradition du Chili en 2007, doit purger la plus longue, 25 ans.

Fujimori, avait indiqué son avocat en novembre, ne croyait guère aux chances de l’appel. Comme il l’a clamé à son procès, il est convaincu d’être la cible d’une justice « politique » visant à détruire le fujimorisme, et à travers lui sa fille Keïko, une députée et postulante sérieuse à la présidentielle de 2011.

Copyright © 2010 AFP. Tous droits réservés

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.