Le procès a démarré sous haute surveillance. Avec d’importantes forces de police et de gendarmerie autour du tribunal, et la présence du GIPN pour encadrer les jurés.

Accusés d’avoir enlevé, torturé et assassiné un patron de bars à hôtesses de Brest, cinq hommes sont jugés à partir d’aujourd’hui à Quimper.

Le procès, qui s’ouvre aujourd’hui devant la cour d’assises du Finistère, va durer trois semaines. Il rassemble tous les épisodes d’un polar des plus noirs. Dans le box des accusés : cinq hommes, considérés comme appartenant au milieu nantais. Leur victime, Bernard Algret, 58 ans, était tenancier de bars à hôtesses à Brest. L’homme avait, un temps, exercé à Nantes. D’où son surnom de « Nanard le Nantais ».

Dans la nuit du 15 au 16 décembre 2005, il a été enlevé à son domicile de Bénodet, près de Quimper. Des traces de sang dans toutes les pièces de la maison témoignent d’une lutte acharnée.

Une exécution à l’ancienne
Fin avril 2006, son corps ligoté et bâillonné, un impact de balle dans une cuisse, est retrouvé dans l’estuaire de la Loire, près de Nantes. Une « exécution à l’ancienne ». Avec cette confidence d’un des accusés, captée lors d’une écoute téléphonique : « Cette année, les anguilles seront grasses… Selon l’accusation, Christian Soler, Pierre Kolyé, Joël Bogaert et Rachid Harafane sont venus à Bénodet pour enlever Bernard Algret. Il a été chargé, inconscient, dans le coffre d’une voiture qui a pris la direction de Nantes. Il a reçu, durant le trajet, des coups de feu dans une jambe.

Dans un fourgon, il a été horriblement torturé. Il aurait été tué d’un coup de barre à mine asséné par Christian Soler, son ancien homme de confiance. Au cours de l’instruction, les quatre hommes ont désigné Antonio Freitas de Jesus comme étant le commanditaire. Tenancier de bars à hôtesses à Nantes, il aurait été en conflit avec Bernard Algret depuis des années. Mais il nie toute implication dans cette affaire.

Yannick GUÉRIN.
0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.