par  RFI

Article publié le 05/09/2009 Dernière mise à jour le 05/09/2009 à 16:33 TU

Un juge fédéral a condamné vendredi un ancien soldat américain, à la prison à vie pour le viol d’une jeune Irakienne et le meurtre de cette adolescente et de sa famille, en 2006. L’affaire avait suscité un vif émoi non seulement en Irak, mais dans le monde entier et a inspiré le film de Brian de Palma, Redacted, sorti en 2008. Steven Green, 24 ans, a été jugé en avril en tant que civil et reconnu coupable de viol et d’obstruction à la justice. « La guerre m’a rendu fou », n’a-t-il cessé de répéter. Il passera le restant de ses jours en prison.

L'ancien soldat américain, Steven Green. (Photo : AFP)L’ancien soldat américain, Steven Green.
(Photo : AFP)

C’est en tant que civil que Steven Green a été jugé. Les autorités civiles l’avaient arrêté après son renvoi de l’armée américaine pour « trouble de la personnalité ».

Le 12 mars 2006, Steven Green est à la tête d’un groupe de cinq soldats américains. A une trentaine de kilomètres au sud de Bagdad, ils pénètrent dans la maison d’une famille irakienne. Une fille de 14 ans est violée par deux soldats. Steven Green abat la mère de la fille, son père et sa jeune sœur de 6 ans. Il viole à son tour la fille de 14 ans avant de lui loger trois balles dans la tête et de brûler son corps puis toute la maison des victimes.

Sur les quatre autres soldats qui ont participé au drame, trois ont plaidé coupables. Le quatrième a été reconnu coupable par un tribunal militaire. Ils ont été condamnés à des peines de prison allant de cinq à cent ans. Steven Green échappe à la peine de mort faute d’unanimité au sein des jurés. « La guerre m’a rendu fou », n’a cessé de répéter Steven Green. Les jurés ne l’ont pas entendu de cette oreille. Il passera le restant de ses jours en prison.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.