La guerre afghane en procès à Londres

DÉSERTION ET CRITIQUE | Le soldat Joe Glenton, envoyé en Afghanistan en 2006, s’est présenté hier devant une Cour martiale avant son procès pour désertion. Il dénonce une guerre inutile qui a coûté la vie à 191 soldats de Sa Majesté depuis 2001. Un rapport parlementaire publié dimanche ne dit pas autre chose.

© AFP | Le soldat Joe Glenton. «La guerre en Afghanistan ne réduit pas le risque terroriste et, loin d’améliorer la vie des Afghans, sème la mort et la désolation», a-t-il écrit.

OLIVIER BOT | 04.08.2009 | 00:01

«Je vous implore, Monsieur, de faire ren trer les soldats à la maison.» Dans une lettre adressée au premier ministre britannique Gordon Brown, le soldat déserteur Joe Glenton – parti en Afghanistan en 2006 – s’est fait le porte-drapeau d’une opinion britannique désormais majoritairement hostile à l’engagement en Afghanistan.

Traduit prochainement en Cour martiale pour sa désertion de 2007, il s’est présenté hier devant ses juges à Londres. Il risque deux ans de prison. Après avoir fui en Asie, puis en Australie, Joe est rentré au pays pour dénoncer un «usage illégitime de la force» et témoigner des «désillusions» de soldats rudement éprouvés dans la récente opération «Griffe de panthère» contre les talibans (22 morts en juillet).

Cette guerre était jusqu’ici à l’abri des critiques qui fusèrent dès le début de la guerre d’Irak. «La guerre en Afghanistan ne réduit pas le risque terroriste et, loin d’améliorer la vie des Afghans, sème la mort et la désolation» , écrit le jeune homme de 27 ans dans la lettre au premier ministre qu’il a lui-même portée la semaine dernière au 10 Downing Street. Appelé à témoigner le 23 juillet dernier, lors d’un meeting de «Stop the war coalition», il dénonçait aussi l’instrumentalisation des soldats britanniques «au service de la politique étrangère américaine».

L’arrivée des cercueils

A la Chambre des communes, la Commission des affaires étrangères a publié dimanche un rapport sur l’engagement britannique en Afghanistan. Les députés y dénoncent une «mission rampante», des «réflexes rotuliens dans la prise de décision» et l’éparpillement d’un contingent, appelé à lutter contre la culture du pavot, quand il devrait «se concentrer sur la sécurisation des missions».

Ce document évoque aussi le «manque de sensibilité culturelle de certains militaires de la coalition», visant les officiers américains, ou encore «les pays qui devraient davantage contribuer» comme la France. Dans l’opinion aussi, cette guerre devient de jour en jour plus détestable. L’arrivée des cercueils de soldats sur la base aérienne de Lyneham fait régulièrement l’ouverture des journaux télévisés.

Le secrétaire au Foreign Office a beau répéter que «cette mission est dans l’intérêt de la sécurité nationale», une majorité de Britanniques (58%) pense que l’offensive contre les talibans ne peut aboutir et 52% espèrent un retrait des troupes. Les 9000 soldats britanniques sont aujourd’hui essentiellement déployés dans le Helmand, un bastion taliban réputé très dangereux.

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.