A La Roche-sur-Yon, parents, fils, gendre et ami de la famille ont enlevé et tabassé un jeune homme.

« On a été dominé par nos émotions. » Sanglots, regrets à la barre du tribunal correctionnel de La Roche-sur-Yon, lundi, où le père, la mère, le gendre et un ami de la famille ont été jugés en comparution immédiate.

Vendredi, vers 23 h 30, ils ont enlevé, séquestré et tabassé un Yonnais de 19 ans, « pour une histoire de scooter montée en épingle », selon la substitut du procureur de la République. Alors qu’il se trouvait dans sa voiture, le jeune homme a d’abord été frappé à coups de poings et de pieds, puis emmené dans le garage de la maison de la famille, dans le quartier de Saint-André-d’Ornay. « Si vous le trouvez, vous me le ramenez », avait dit le père.

Dans le garage de l’habitation, le garçon est ligoté, bâillonné et jeté à terre. Les parents, leur fils de 15 ans (qui sera jugé par le tribunal des enfants), le gendre, et l’ami se relaient pour le taper. Il reçoit des coups de barre de fer avant d’être enfermé dans le coffre d’une voiture et de se retrouver en rase campagne près de Belleville-sur-Vie. Le père menace de le tuer s’il ne quitte pas la Vendée.

« Des faits d’une rare cruauté », estime la substitut du procureur de la République. « Tout le monde a été dépassé », admettent les avocats. « Ils voulaient faire peur à ce jeune homme qui terrorisait les adolescents du quartier. La famille avait porté plainte contre lui. »

Le père, 51 ans, un ouvrier « bien inséré », est condamné à 18 mois de prison dont 6 avec sursis ; l’ami de la famille, 27 ans, au casier judiciaire chargé, à 18 mois de prison ferme. Ils ont aussitôt été écroués. La mère, 44 ans, assistante maternelle, écope de 8 mois avec sursis, et le gendre, 24 ans, de 10 mois avec sursis.

Pierre BÉGOC.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.