07/07/2009 | 14:16 par Fabrice DUBAULT

L’homme a essayé de s’ouvrir les veines à l’aide d’un rasoir. Il a été hospitalisé avant de regagner la prison

Un homme de 41 ans, jugé lundi en comparution immédiate au tribunal correctionnel de Nîmes pour des faits de violences avec arme, a tenté de se suicider à l’audience en s’ouvrant les veines. Les trois policiers qui l’escortaient ont alors bondi pour le maîtriser et une bagarre a éclaté, deux des policiers ayant été légèrement blessés.

Hors de danger, il a été hospitalisé sous étroite surveillance avant de retourner à la maison d’arrêt de la ville. Il s’est tranché les poignets à l’aide d’une lame de rasoir dissimulée sous ses vêtements, provoquant une importante hémorragie.

L’homme, déjà condamné à plusieurs reprises pour violences et menaces, comparaissait pour des faits de violences avec arme survenus vendredi matin dans le centre de Nîmes, a précisé le parquet.

Muni d’une arme de poing qui n’a pas été retrouvée, il s’était rendu dans l’appartement de la tante de son ex-compagne, pour régler avec cette dernière un différend sur la garde de leur petite fille, âgée d’un an. Relâchant rapidement les deux femmes, il s’était retranché dans l’appartement puis la cour de l’immeuble, avant d’être maîtrisé à la mi-journée sur intervention du GIPN de Marseille. Dans l’après-midi, il était déféré au parquet de Nîmes et placé sous mandat de dépôt dans l’attente de sa comparution.

Lundi à l’audience, le tribunal correctionnel a demandé une nouvelle expertise psychiatrique du prévenu en prononçant à nouveau son placement sous mandat de dépôt.

C’est à cette annonce que l’homme a tenté de mettre fin à ses jours.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.