Ils avaient dévalisé Quercy-Land dimanche.

Hier, en fin d'après-midi, les quatre hommes  sont arrivés sous bonne escorte   au palais de justice,  à bord de véhicules de gendarmerie différents. Photo DDM, J-M. F.

Hier, en fin d'après-midi, les quatre hommes  sont arrivés sous bonne escorte   au palais de justice,  à bord de véhicules de gendarmerie différents. Photo DDM, J-M. F.
Hier, en fin d’après-midi, les quatre hommes sont arrivés sous bonne escorte au palais de justice, à bord de véhicules de gendarmerie différents. Photo DDM, J-M. F.

La justice lotoise n’a pas voulu faire traîner les choses. Hier en fin de journée, les braqueurs du Quercy-Land de Souillac sont arrivés sous bonne escorte au tribunal de Cahors pour être présentés au parquet et être jugés dans la foulée selon la procédure de la comparution immédiate.

Tout est finalement allé très vite dans cette affaire qui a éclaté dimanche soir lorsque de pseudos clients du restaurant raflaient la caisse en pointant une arme sur le gérant et ses employés. L’effet de surprise passé, la réaction du patron de l’établissement, Michel Aimard, sera aussi rapide qu’efficace. Il prendra en chasse ses agresseurs, poussera leur véhicule dans le fossé et maitrisera un des malfaiteurs. C’est le premier acte. Le deuxième, interviendra cinq heures après avec l’interpellation par les gendarmes de deux des auteurs qui tentaient de fuir à travers champ. Enfin, lundi, le dernier de la bande était interpellé à Brive.

Le quatuor, de nouveau rassemblécette fois face aux juges a tenté de minimiser ce que la présidente Mme Haïcé dès le début d’audience présentait comme « un vol aggravé préparé, commis en réunion et passible d’une peine de 5 ans de réclussion ».

Le plus jeune a 18 ans, l’aîné de la bande en a 26 ans. Ils sont magasiniers, manutentionnaires et dimanche dernier, comme ils sle prétendent sans vraiment y croire eux-mêmes : « Ils voulaient aller à Quercy-Land pour se baigner et manger une pizza »…

Les versions des uns et des autres connaissent des variantes. L’un affirme qu’il était au courant de rien, l’autre qu’il a pris une arme sans y penser, le troisième a enlevé la plaque de sa voiture au cas où.

« Qui a eu l’idée ? » interroge la présidente. Mutisme embarrassé des prévenus. « Tout a démarré quand on a vu un employé apporter une boîte d’argent derrière le bar ». Sourire crispé de

Michel Aimard et d’un de ses employés. Le gérant de Quercy Land raconte la poursuite : « Pendant qu’on roulait, ils nous menaçait avec l’arme et jeté sur la route les boites de pièces «.

Les débats se sont poursuivis tard dans la soirée. Délibéré dans notre édition de demain.

Jean-Michel Fabre.

2 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.