Grands Procès | Jugée à deux reprises, cette tragédie se résumera, sept ans plus tard, à un banal «accident».

© Keystone | Adèle Nicolo, la victime.

SANDRA JOLY | 19.08.2009 | 00:00

Lundi 7 septembre 1992. Maria et Fiorino Nicolo, atterrés par le chagrin, entrent tête baissée dans la grande salle de la Cour d’assises. Les parents d’Adèle, tuée en décembre 1988, attendent beaucoup de la justice genevoise. Ils espèrent que le procès des époux M., responsables à des degrés divers de la disparition de leur fille, soit à la mesure de «l’horreur vécue» tant par la victime que par sa famille.

Malheureusement, le verdict, rendu quatre jours plus tard, provoquera colère et incompréhension des parties civiles et des gens «de la rue».

La mort d’Adèle Nicolo, 18 ans, a énormément secoué les Genevois. Ils se rappellent la découverte macabre de son corps, «nu, ficelé avec du cordeau à lessive et enfermé dans un sac de voile rouge», dimanche 18 décembre 1988, dans les eaux hivernales du Léman, sous le ponton de la Pointe-à-la-Bise.

Enquête policière rapidement scellée

Commence alors une enquête qui mène rapidement la police aux patrons de la jeune fille, M. M., médecin dentiste, et sa femme Thérèse. Cette dernière croit à une liaison entre son mari et son assistante dentaire. Jalouse, elle entend «faire parler» Adèle, la fait venir au cabinet dentaire, un samedi matin, et la chloroforme. Ce geste entraîne son décès.

Paniquée, Thérèse appelle son mari «à la rescousse». Le duo veut «brouiller les pistes» et va se débarrasser du corps après un long périple nocturne. Non sans avoir préalablement appelé les parents d’Adèle pour leur signaler «son absence».

Machiavélique? Le cœur des gens de «la rue» le pense. Mais ce sont aux jurés de la Cour d’assises de trancher. Et c’est ce qu’ils font quatre ans plus tard, dans cette salle d’audience. Comble.

En ouverture du procès, le président Pierre-Yves Demeule lit l’acte d’accusation, notamment «la liste des effets personnels d’Adèle que le dentiste a cru bon de disperser dans toutes les poubelles du canton». Mme Nicolo secoue la tête. Elle ira plus tard à la barre brandir la photo de sa fille devant les jurés et «dire qui était son enfant. Pour ne pas oublier son visage» et ce drame épouvantable. Elle pleurera, en silence.

L’accusée aussi sanglote. Beaucoup. On découvre une femme toujours insatisfaite du travail d’Adèle, «totalement dévouée». Sa jalousie «injustifiée» la pousse à l’obsession. Me Dominique Poncet, son avocat, admet «la responsabilité pénale» de sa cliente, mais «conteste qu’elle a agi volontairement». Sa plaidoirie? «Convaincre le jury que Thérèse s’est rendue coupable d’un homicide par négligence et non d’un meurtre.»

«Grand enfant sous la coupe d’une perverse»

Quant au mari, il apparaît comme «un grand enfant, totalement sous la coupe de son épouse perverse» et laisse éclater son chagrin. «Je ne pouvais pas dénoncer ma femme, je ne pouvais pas dire la vérité.» La réponse de Me Alain Farina, qui représente les parents, est cinglante: «Cacher le corps d’Adèle, tel a été d’emblée le plan du couple que je qualifie de pervers, maudit et diabolique.»

Colère immense

Vendredi 11 septembre. Le verdict tombe: huit ans de réclusion pour Thérèse M. pour meurtre et atteinte à la paix des morts et deux ans de prison pour son mari accusé de profanation de cadavre et entrave à l’action pénale. Comme il a déjà effectué 18 mois de préventive, il est libre.

Eclate alors, dans la salle, un flot de haine «inévitable» face à des sanctions plus réduites que ce qu’avait requis le substitut Thierry Luscher. La famille, les amis de la victime et une partie du public vont hurler leur colère. Comme la cousine d’Adèle qui crie à l’assassin en désignant le dentiste, tandis que les gendarmes ramènent la condamnée en cellule. Un jeune homme va même cracher sur le mari, encore assis sur le banc des accusés, en lui jetant un «ça, c’est de la justice» vengeur.

La foule s’amasse dans la cour du Palais. Là, entre cris de révolte et sanglots de rage, le clan de la victime tente d’exorciser sa douleur. Le père d’Adèle qui s’était contenu pendant tout le procès explose: il se débat, insulte la justice, Genève, la Suisse, ce pays pour lequel il a sué trente ans durant comme chauffeur de camions.

Adèle rendue aux siens après un an et demi

Plus tard, ce père confie aux médias sa détresse face à la perte «injuste» de sa fille et face à cette si longue attente. Celle du corps d’Adèle, une année et demie après sa mort. En effet, plusieurs expertises ont été nécessaires pour connaître les circonstances exactes de son décès: chloroforme ou noyade? Finalement, Adèle Nicolo a pu être rendue aux siens et enterrée en été 1990.

De leur côté, Mes Dominique Poncet et Dominique Warluzel, avocats de Thérèse M., annoncent qu’ils se pourvoiront en cassation contre le jugement. Ils ne mettent pas fin à l’histoire incroyable d’un drame qui a révélé que «le chloroforme est une arme dangereuse lorsqu’il est manipulé par une femme atrocement jalouse».


La femme du dentiste va jusqu’au Tribunal fédéral

Un second procès s’ouvre trois ans plus tard. La peine est diminuée et l’accusée ira, jusqu’à exiger un dédommagement pour «détention injustifiée».

Thérèse M. veut un nouveau jugement. Et elle l’aura. Après avoir réussi à faire annuler l’arrêt de la Cour d’assises de 1992, elle comparaît, trois ans plus tard, devant un nouveau jury. Ses membres devront déterminer si l’accusée connaissait bien la toxicité du chloroforme et si elle pouvait prévoir une issue fatale à son comportement.

Les parents d’Adèle Nicolo, eux, sont retournés vivre en Italie, «pour s’éloigner de tout ça». Qu’ont-ils pensé de ce second verdict plus «clément»?

On ne le saura pas… En effet, condamnée une première fois à huit ans de réclusion, Madame M. est reconnue coupable d’homicide par négligence. Elle écope de trois ans d’emprisonnement, soit le maximum dans ces nouvelles circonstances. Durant le procès, le dentiste ne veut pas venir à la barre. Il dit «avoir trop souffert» de la forte médiatisation de cette affaire et refuse toute nouvelle déclaration en invoquant les menaces proférées par son «hystérique» épouse. Entre-temps, les choses se sont gâtées et un divorce est en route avec ses problèmes de pension alimentaire. Madame sort libre du tribunal. Le drame est finalement classé comme un «accident».

Déboutée…

On croit donc l’histoire terminée. Que nenni. Madame saisit le Tribunal fédéral. Elle exige 145 000 francs en dédommagement de deux ans de prison subis en trop. La Cour la déboute. Ses conclusions? «Pour avoir droit à une telle indemnité, il faut, selon la loi, avoir bénéficié d’un acquittement ou d’un non-lieu. Mais Thérèse M. a été reconnue coupable de la mort d’Adèle Nicolo. Seule la qualification juridique de son comportement a été modifiée lors du second jugement. Elle a bel et bien appliqué un tampon imbibé de chloroforme sur le nez de la victime.»

Sept ans après le drame, Mme M., murmure-t-on, «est retournée à son premier travail, plus artistique». Elle rédigerait des articles pour des revues d’art.
SJ

1 réponse
  1. Rosella G.
    Rosella G. dit :

    c’est écoeurant! Mme M. est sans scrupules et elle ne prend pas la responsabilité de son acte terrible. Non seulement elle a tué et en plus elle se moque des parents de la victime en demandant un dédommagement. Honteux.
    quelle drôle de justice. C’est scandaleux! honte à vous Mme M.
    contre la mauvaise foi on ne peut rien faire malheureusement.
    Je pense aux parents d’Adèle Nicolo et j’espère pour eux qui’ils arrivent à vivre à peu près normalement.

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.