AFP 18.02.10 | 16h03

Deux paroissiennes d’une Eglise évangéliste, jalouse des fiançailles de leur pasteur, ont été condamnées jeudi par le tribunal correctionnel de Paris à des peines de neuf et dix ans de prison pour avoir brûlé au vitriol le visage de leur rivale.

Le drame remonte au 16 septembre 2008. Ce soir-là, Léa, 29 ans, une jeune évangéliste sans histoire, originaire de Côte d’Ivoire, sort d’une bouche de métro à Paris dans le XXe arrondissement. Quinze jours plus tôt, elle a célébré ses fiançailles avec le pasteur de sa communauté.

Il est 22H45. Alors qu’elle est au pied de son domicile, une femme lui jette au visage un bol d’acide sulfurique. Pensant que c’est de l’urine, Léa se rue sous le porche, avant de sentir la brûlure de l’acide, et de ressortir. Elle reçoit alors une deuxième salve de vitriol.

Grièvement blessée, la jeune femme est alors hospitalisée au service des grands brûlés. Elle en garde de graves séquelles.

Selon le jugement consulté par l’AFP, ce sont deux rivales qui ont fomenté le coup: Claudine et Chantal. Ces deux paroissiennes, piégées par l’examen de leurs appels téléphoniques et par plusieurs témoignages, auraient déjà fait avorter deux précédentes liaisons du pasteur.

Jalouses de Léa, elles l’auraient menacée de représailles si elle ne mettait pas fin à sa liaison.

Le jour de l’attaque, Chantal aurait fait le guet devant le métro et prévenu Claudine, qui attendait devant le domicile de Léa.

A l’audience, les deux femmes, âgées de 36 et 45 ans, se sont accusées mutuellement d’avoir commis l’acte. Des dénégations qui n’ont pas convaincu le tribunal. Dans son jugement, celui-ci a estimé qu’elles avaient « agi de concert », avec la même « volonté haineuse de défigurer une victime ».

Considérant que Claudine avait jeté par deux fois du vitriol au visage de Léa, le tribunal l’a condamnée à dix ans de prison, tandis que Chantal a écopé de neuf ans d’emprisonnement.

Déjà écrouées, les deux femmes sont reparties en prison.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.