Le procès d’une mère de 27 ans, accusée d’avoir mortellement empoisonné en 2006 son nourrisson d’un mois et demi, sa fille de 4 ans, ainsi que son aînée de 5 ans, qui a survécu, s’est ouvert lundi devant la cour d’assises de Savoie.

Lors de ce procès de trois jours, Maria Jessie Debard, dit « Jessie », est jugée pour avoir administré, à dose mortelle, des antidépresseurs en janvier 2006 à son nourrisson, Promesse, et ce même médicament ainsi que des neuroleptiques à sa fille cadette Kimberley, 4 ans, décédée en août 2006.

Issue de la communauté des gens du voyage vivant en Savoie, cette femme au foyer, qui ne sait ni lire ni écrire, comparaît aussi pour avoir empoisonné de la même façon sa fille aînée Mandy, 5 ans, qui a survécu.

Dépressive chronique sous anxiolytiques depuis plusieurs années, « Jessie » a d’abord nié les faits qu’elle a ensuite progressivement reconnus durant l’instruction, selon l’accusation.

Elle a assuré qu’elle n’avait pas voulu tuer ses filles mais simplement les endormir, car elle avait du mal à les supporter lorsqu’elle se trouvait sous l’effet des médicaments. Elle a également expliqué qu’elle n’avait pas désiré la grossesse de Promesse, son dernier enfant.

Les véritables causes du décès de Promesse, officiellement en janvier 2006 des suites d’une mort subite du nourrisson, avaient été découvertes après l’exhumation de son corps pendant l’instruction.

« Jessie » Debard encourt la réclusion criminelle à perpétuité. Le verdict est attendu mercredi.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.