AP

Les protagonistes d’un trafic international de cocaïne, mettant en présence 14 prévenus, dont plusieurs figures du banditisme marseillais, deux membres présumés de la Camorra napolitaine et des exportateurs sud-américains, ont été condamnés mardi par le tribunal correctionnel de Marseille à des peine de 6 à 14 ans de prison ferme. 

A la tête du trafic, Dominique Lortal, un Perpignanais de 52 ans longtemps propriétaire de restaurants dans le Sud-Ouest, qui vivait dans un appartement luxueux de 120m2 dans le XVIe arrondissement de Paris a été condamné à la plus lourde peine, soit 14 ans de prison ainsi qu’une amende de 300.000 euros. Il était impliqué dans l’importation en janvier 2008 depuis le Pérou d’un conteneur dans lequel se trouvaient 176 kilos de cocaïne.

Guy Teboule, 66 ans, son associé, déjà connu pour escroquerie, qui avait monté une véritable structure fictive destinée à importer la marchandise sous couvert d’une société de transport, a été condamné pour sa part à dix ans de prison et à la même peine d’amande.

La drogue avait été dissimulée dans des cylindres de plomb au milieu de madriers de bois et aucun scanner n’avait jusque-là permis de la déceler. La transaction devait rapporter aux trafiquants la bagatelle d’un million d’euros. Plusieurs autres projets d’importation depuis l’Amérique latine à destination de la France étaient visés par la procédure. La cocaïne importée était pure à 98%, ce qui, pour l’accusation, démontre la singulière proximité des trafiquants français de la source latino-américaine.

Deux membres présumés de la Camorra, Giovanni Civile, alias Pascal, 64 ans, un Italien résidant au Venezuela, et son cousin, Umberto Navignia, 61 ans, un Napolitain assigné à résidence, ont été respectivement condamnés à des peines de 6 à 10 ans de prison. Le tribunal a en outre prononcé la confiscation de tous les fonds saisis dans la procédure et décidé de les affecter au fonds de concours du ministère de la Santé géré par la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie (MILDT). Trois des quatre prévenus ont par ailleurs été relaxés. AP

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.