Une nuit de septembre2007, un Brestois alors âgé de 21 ans avait pris le volant après avoir fumé un joint de cannabis. Suivra un accident, qui fera plusieurs blessés et un mort, l’un de ses amis. Hier, il a écopé de six mois de prison ferme.

À la demande de la famille de la victime, l’avocat des parties civiles, Me Nicolas Lhommeau, affirme ne pas être là pour «accabler» encore un peu plus le prévenu. Ce dernier, âgé de 22ans, craque. Puis essuie ses yeux rougis par les larmes avec l’une de ses manches. Cédric Coatanéa comparaissait, hier, devant le tribunal correctionnel de la cité du Ponant à la suite d’un accident de la circulation survenu à la sortie du bourg de Plouarzel, à la toute fin du mois de septembre2007. Dans la Renault Clio qu’il conduit cette nuit-là, quatre amis avec qui il vient de passer la soirée, à Plougonvelin. Tous se rendent dans une discothèque, à Porspoder, pour célébrer un anniversaire. Il est un peu plus d’une heure du matin. L’automobiliste a fumé, vers 22h, un joint de résine de cannabis. Seul, à l’écart des autres. Pour se sentir «plus à l’aise». Il n’avait pas bu. Mais à quelques encablures d’une intersection entre deux routes qu’il emprunte régulièrement, c’est le «trou noir». Le menuisier brestois ne marque pas le stop et percute une voiture. À la suite du choc, la sienne est projetée dans un ruisseau. Sur le toit. Tous les occupants parviendront à s’en extraire, aidés ou non. Excepté un: Michaël Lannuzel, 20 ans. Le prévenu, qui s’en sortira quasiment indemne, lui maintiendra bien la tête hors de l’eau. Sauf que les yeux de son ami étaient déjà «fermés».

Un «sentiment de culpabilité énorme»

Me Lhommeau le redit: il préfère «s’en remettre à la sagesse du tribunal». En défense, MeRonanAppéré s’attarde sur la «conjugaison d’un certain nombre d’éléments» à l’origine de la collision, qui a également fait plusieurs blessés: en priorité la consommation de drogue, à très petite dose, et une «trop grande connaissance du trajet» qui induit, «inconsciemment, un relâchement de l’attention» au volant. S’agissant du conducteur, Me Appéré estime qu’«aucun comportement étrange» n’a été relevé par les passagers et sous-entend que «son sentiment de culpabilité énorme» constitue une peine bien suffisante. Et ne conteste pas les réquisitions de la représentante du ministère public: un an d’emprisonnement assorti d’un sursis de mise à l’épreuve deux ans durant. Le tribunal ira plus loin: un an de prison, dont six mois ferme, en plus de l’annulation du permis de conduire de Cédric Coatanéa, qu’il n’aura pas le droit de repasser pendant 18 mois, et d’une amende d’un montant de 100 € pour le non-respect du stop. MeRonan Appéré prévoit de faire appel de ce jugement.

* Aurélien Douillard

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.