Ils paient pour une soirée qui a dégénéré

Cour d’assises | La Cour d’assises de Genève a condamné ce vendredi trois hommes à des peines comprises entre 34 et 36 mois de prison, assorties d’un sursis partiel. Les prévenus ont été reconnus coupables d’avoir abusé ensemble d’une femme ivre, hors d’état de leur résister.

Les trois hommes ont en revanche été acquittés des accusations de viol et de contrainte sexuelle à l’égard de cette femme et d’une de ses amies. Le Ministère public défendait cette approche, mais la Cour d’assises a estimé que le dossier ne contenait pas «d’éléments suffisamment probants» pour prononcer un verdict de culpabilité.

«Nous avons gagné à 75 %», a déclaré Jacques Barillon, l’avocat d’un des accusés, assez satisfait du jugement. Son confrère Olivier Boillat, qui défendait un autre prévenu, a pour sa part annoncé le dépôt probable d’un recours contre ce verdict, le procès s’étant déroulé sur la base d’un acte d’accusation quelque peu chancelant.

Les faits se sont déroulés en avril 2006. Les trois accusés passent la nuit en compagnie de deux jeunes femmes qu’ils connaissent. Ils écument ensemble les boîtes et les bars. Ils finissent par se rendre à l’appartement d’une des filles. Alors que l’une va se coucher, l’autre joue au jeu action-vérité.

Elle se met à boire un verre de vodka-red bull, puis affirme ne se souvenir plus de rien. Les trois accusés admettent avoir entretenu des relations sexuelles avec la jeune femme à ce moment, mais pensaient qu’elle était consentante. Ils ont nié avoir drogué leur victime. Aucune trace de produit suspect n’a été trouvée.
ATS | 27.02.2009 | 19:43

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.