Sada Curpen attend son procès «avec impatience»

S

Cindy Legallant, la dénonciatrice, et Sada Curpen qui avait déjà été arrêté dans une précédente affaire de Subutex.

Il a hâte d’y être. Présumé commanditaire dans une affaire d’importation de 21 755 comprimés de Subutex d’une valeur marchande de 21 millions de roupies, Sada Curpen attend «avec impatience» son procès qui commence le 21 janvier. C’est du moins ce qu’affirme son avocat, Me Raouf Gulbul.

Le fait que Cindy Legallant et Bernard Joly, ses deux présumés complices dans cette affaire, ont été condamnés, ne semble pas faire peur à Sada Curpen. «Cindy Legallant a fait des fausses accusations contre mon client. Nous allons démasquer ces accusations malveillantes», soutient Me Gulbul. Il dit attendre lui aussi le procès de son client de pied ferme.

Le jugement dans le cas des deux présumés complices de Sada Curpen est tombé le 9 décembre. Cindy Legallant, qui a plaidé coupable dans cette affaire, a écopé de 40 mois de prison. Arrêtée à sa descente d’avion en 2008 avec les comprimés dans ses bagages, elle avait allégué que le commanditaire de l’opération était Sada Curpen. L’autre suspect, Bernard Joly, a, lui, plaidé non coupable – c’est lui qui devait, semble-t-il, réceptionner le colis à Maurice – et a été condamné à 44 mois de prison.

Sada Curpen plaide lui aussi non coupable dans cette affaire. Toutefois, il est maintenu en détention à la prison centrale à Beau-Bassin. La police objecte à sa remise en liberté sous caution depuis son arrestation. Suite aux allégations de Cindy Legallant, il s’est constitué prisonnier aux Casernes centrales et a toujours nié les faits qui lui sont reprochés. La justice dira bientôt s’il a raison.

Par Jean Marie Gangaram
SOURCE
1 réponse

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.