30 ans de réclusion en appel pour l'assassin d'une femme piégée par Internet

AFP

Click here to find  out more!

Un homme de 53 ans, Guillaume Mingaud, a été condamné lundi en appel par la cour d’assises du Vaucluse à trente ans de réclusion pour avoir torturé en mai 2005 une jeune femme, abandonnée morte dans le coffre de sa voiture après avoir été piégée par une annonce sur Internet, a constaté un correspondant de l’AFP. La cour, qui n’a pas retenu la préméditation, n’a pas suivi les réquisitions du parquet qui avait demandé la réclusion criminelle à perpétuité. La peine a été assortie d’une période de sûreté de 20 ans. Francine et Richard Lignier, un couple qui hébergeait Guillaume Mingaud, ont quant à eux été condamnés à huit ans de prison sans mandat de dépôt. La coaction n’a pas été retenue. L’avocat général avait requis dix ans.

En février 2008, Guillaume Mingaud avait été condamné par la cour d’assises du Gard à la réclusion à perpétuité pour assassinat, séquestration avec actes de torture et barbarie, violence et vol avec préméditation, une peine assortie d’une période de sûreté de 22 ans. Le couple avait écopé de six ans de prison pour complicité de séquestration et non-dénonciation de crime. Les trois condamnés avaient interjeté appel.

Retrouvée dans le coffre de sa voiture

Répondant à une annonce sur Internet proposant de poser pour des photos de publicité, la victime, Élodie Morel, originaire de Marseille, était tombée dans le traquenard tendu par Mingaud, déjà condamné pour viol et tentative de viol à neuf ans de prison en juillet 1997. Le 2 mai 2005, la femme de 28 ans s’était rendue seule à bord de sa voiture au rendez-vous dans un bar d’Aigues-Mortes (Gard). Prétextant des repérages dans la campagne, Mingaud l’avait alors entraînée dans son véhicule et avait tenté de lui soutirer le code de sa carte bleue.

Pendant trois jours, la jeune femme avait été torturée, séquestrée la nuit dans le coffre de sa voiture, dans le garage du couple Lignier, des proches de Mingaud, vivant de petits boulots à Vergèze (Gard). Après une dénonciation anonyme auprès des gendarmes, les enquêteurs avaient, le 5 mai, retrouvé le corps de la victime, étranglée et le crâne défoncé dans le coffre de sa voiture, garée sur le parking du cimetière d’Aigues-Mortes.

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.