Un violeur présumé remis en liberté malgré une précédente condamnation

(AFP) –

NEVERS — Mis en examen mardi pour des viols répétés sur ses quatre nièces mineures, un homme de 53 ans, condamné par la cour d’assises de Nevers en 1987 pour des faits similaires, a été remis en liberté à l’issue de sa garde à vue, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.

Il a toutefois été placé sous contrôle judiciaire avec interdiction d’entrer en contact avec les victimes.

Selon le Journal du Centre, citant le Parquet de Bourges (Cher) où est installé le pôle d’instruction de la Nièvre, la condamnation de 1987 « ne figure pas (ou plus) au casier judiciaire » du violeur présumé.

Ce dernier avait été interpellé lundi dernier à son domicile de Nevers à la suite des révélations de ses quatre nièces, âgées de 8 à 14 ans, affirmant avoir été tour à tour violées, en 2007 et 2008, après avoir été attachées et baillonnées sur leur lit.

Lors de sa garde à vue, l’homme aurait reconnu sept viols sur ses nièces et les examens médicaux avaient confirmé les violences sur les fillettes.

En mars 1987, alors âgé de 31 ans, il avait comparu aux côtés de six co-accusés devant la cour d’assises de la Nièvre pour « viols, violences, proxénétisme aggravé, privation de soins et de nourriture » à l’encontre d’une fillette de 8 ans et d’un garçonnet de 10 ans.

Il avait été condamné à 6 ans de prison ferme.

Copyright © 2009 AFP. Tous droits réservés

1 réponse
  1. Sylvain Blanc
    Sylvain Blanc says:

    Si ce type n’a pas été mis en détention provisoire malgré les éléments relatés, alors là il faut qu’on m’explique et me donner le nom de son avocat.

    Répondre

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.