(24/09/2009)

L’accusé avait disparu à l’ouverture de l’audience. Il comparaît désormais détenu

MONS Mercredi matin, Stéphane Labeau, jugé pour l’assassinat des fermiers de Roisin le 10 mars 2001, ne s’est pas présenté à la cour d’assises. Alors que Me Bouchat avait quitté la barre, les débats ont continué par défaut.

En cours de matinée, l’accusé a été retrouvé par la police française et amené, selon la procédure, à l’hôpital psychiatrique de Valenciennes.

Début d’après-midi, ayant appris que Stéphane Labeau se rendait volontairement à la cour d’assises, accompagné de son père, les débats contradictoires ont repris.

Le ministère public a requis une prise au corps dès l’arrivée de l’accusé. C’est donc entouré de deux policiers que Stéphane Labeau a repris sa place dans le box où il comparaissait libre la veille.

Après avoir nié en bloc toutes les accusations portées à son encontre pendant toutes ces années, l’accusé a exposé sa propre version des faits. À savoir, que lorsqu’il s’était inquiété de la disparition du couple Duquene, Bernard, le frère de Rita, qui avait témoigné la veille, lui aurait enjoint de s’occuper de ses affaires. Plus tard, alors qu’il retournait du fumier, sa fourche aurait heurté une jambe. « Si tu parles, je tue tes parents » , lui aurait alors dit l’oncle de Mélanie.

Les expertises balistiques ont permis d’établir que Christian Duquene était décédé d’une balle en plein cœur, d’un calibre 12, tiré à bout portant, et Rita Wallecam, par strangulation. Les plombs qui l’auraient atteinte au visage provenaient d’une arme différente de celle utilisée pour tuer son époux.

Un second fusil signifierait-il qu’il y aurait eu deux tueurs ?

Nathalie De Reuck

© La Dernière Heure 2009

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.