Le second procès de la disparition de Nadia

Villiers-le-Bel

Condamné à trente ans de réclusion, l’an dernier, pour l’assassinat de sa femme, dont le corps n’a pas été retrouvé, Amirouche Hamour est rejugé en appel à partir de ce matin.

Frédéric Naizot | 16.02.2009, 07h00

Nadia a disparu de la cité des Carreaux, à Villiers-le-Bel, il y a plus de quatre ans, sans laisser la moindre trace. Elle a été recherchée en vain pendant plusieurs années. Ce matin, le second procès de son assassin présumé, son propre mari avec lequel elle avait engagé une procédure de divorce, s’ouvre devant la cour d’assises d’appel de Versailles (Yvelines) et devrait durer une semaine.

Amirouche Hamour, qui est accusé d’avoir tué son épouse, dont le corps n’a jamais été retrouvé, est rejugé un an après avoir été condamné à trente ans de réclusion criminelle en première instance à Pontoise.

« Nous demandons toujours la vérité »

L’atmosphère qui régnait alors dans la salle d’audience avait été extrêmement lourde. Face à la famille de Nadia, qui l’exhortait à reconnaître enfin le crime, l’accusé avait continué à nier farouchement toute implication dans la disparition de sa femme. Personne n’a jamais revue, depuis le 22 novembre 2004, cette mère de 41 ans qui, de l’avis de tous, adorait ses cinq enfants, âgés aujourd’hui de 12 à 19 ans.

L’ambiance oppressante, parfois suffocante, du mois de mars 2008 lors du procès risque pourtant d’être de nouveau de mise à Versailles. Non seulement parce que l’auteur présumé, qui a changé entre-temps d’avocats, semble devoir observer la même ligne de défense, mais aussi du fait de l’intervention d’un événement totalement inattendu, l’été dernier, avec la découverte de papiers d’identité de la disparue.
« Nous demandons toujours la vérité, insiste Yazid, le jeune frère de Nadia.

Nous allons assister au procès dans la dignité. Les enfants de Nadia seront présents à l’audience. L’accusé aura peut-être quelque chose à nous dire… »

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.