Viols – Un sénateur devant les assises

TF1/LCI : Tribunal correctionnel de Paris

Agrandir l'image

Crédit Photo : LCI

Tribunal correctionnel de Paris

  • L’UMP Jean Faure comparaît à partir de mercredi à Paris où il est accusé d’avoir violé la fille d’une ex maîtresse, alors qu’elle était âgée de 6 à 11 ans.

Le sénateur UMP de l’Isère Jean Faure comparaît à partir de mercredi devant la cour d’assises de Paris où il est accusé d’avoir violé la fille d’une ancienne maîtresse, alors qu’elle était âgée de 6 à 11 ans. L’avocat de la jeune femme devrait déposer une demande de huis clos à l’ouverture des débats. Une requête à laquelle la cour devrait accéder, la partie civile ayant été mineure au moment des faits.

L’affaire avait commencé en mars 2003 par une plainte déposée à la brigade des mineurs de Paris par une jeune femme de 22 ans, fille d’une ancienne proche du sénateur. Une instruction avait été ouverte. Jean Faure, alors sénateur de l’Isère et maire d’Autrans (1983-2008), avait été placé en garde à vue après autorisation du bureau du Sénat. Il savait immédiatement contesté les accusations, déposant plainte pour « dénonciation calomnieuse » devant le parquet de Paris. Selon lui, la mère de la plaignante lui devait de l’argent et aurait suggéré la plainte pour ne pas avoir à rembourser ses dettes.

« C’est un dossier où il n’y a rien »

De son côté, la jeune femme accuse le parlementaire aujourd’hui âgé de 72 ans de l’avoir contrainte à des fellations et d’avoir commis sur elle des attouchements entre 1986 et 1991. Entre 1986 et 1988, les faits se seraient produits à Paris. Confiée à sa grand-mère en Normandie, la fillette venait parfois retrouver sa mère dans le studio que Jean Faure lui louait dans le VIe arrondissement de la capitale. Selon la jeune femme, d’autres faits auraient eu lieu entre 1988 et 1991 à Courchevel, dans l’appartement où elle vivait avec sa mère et son nouveau concubin.

Elle ne se serait décidée à porter plainte qu’en 2003, parce que Jean Faure, qui s’était procuré son numéro de téléphone, venait alors de la recontacter. Selon l’accusation, deux experts ont estimé que sa version était crédible et cohérente. Jean Faure de son côté continuait mardi à clamer son innocence.

« Mon client proclame son innocence depuis le début de cette histoire« , déclarait à l’AFP son avocat Me Hervé Lehman. « C’est un dossier où il n’y a rien, pas un élément matériel, seulement les déclarations de la partie civile », poursuivait-il, avant de dire: « C’est parole contre parole« . Le verdict est attendu vendredi.

(D’après agence

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.