Quatre individus ont été jugés hier après avoir voulu se faire justice eux-mêmes dans le quartier de Laden

C'est dans le quartier de Laden que quatre individus dont la famille a été victime d'un vol de bijoux, vont venus s'en prendre à ceux que la rumeur publique désignait comme les voleurs. Photo DDM, archives

C'est dans le quartier de Laden que quatre individus dont la famille a été victime d'un vol de bijoux, vont venus s'en prendre à ceux que la rumeur publique désignait comme les voleurs. Photo DDM, archives
C’est dans le quartier de Laden que quatre individus dont la famille a été victime d’un vol de bijoux, vont venus s’en prendre à ceux que la rumeur publique désignait comme les voleurs. Photo DDM, archives

Régler ses comptes par la violence, ce n’est pas comme cela qu’on arrange les situations. Au contraire. Parce qu’il veut « la paix dans les quartiers », le vice-procureur de la République Philippe Mao a souhaité une comparution immédiate hier devant le tribunal de Castres pour quatre prévenus soupçonnés de violences aggravées.

L’affaire remonte au début de la semaine dernière. Tout commence par un cambriolage commis au domicile d’une famille installée à Lameilhé. Et ce sont essentiellement des bijoux de famille qui sont volés. Une valeur inestimable pour cette famille dont quatre membres vont organiser une expédition punitive au domicile de personnes qui sont désignées comme coupables par la rumeur qui court Lameilhé. Ce sont ces quatre personnes, deux oncles et deux neveux des victimes du vol, qui comparaissaient hier alors que, pour l’instant, les auteurs du cambriolage n’ont pas été encore identifiés par la Police.

Mardi dernier, ils se sont rendus dans plusieurs domiciles de ceux qu’ils pensaient être leurs voleurs, dans le quartier de Laden, et ont donné des coups de poing et de bâtons. Cinq personnes ont été légèrement blessées lors de cette expédition vengeresse.

A la barre du tribunal hier, le vice-procureur n’a pas mâché ses mots : « Si le quartier de Laden est agressé injustement, il est normal que la justice fasse respecter notre ordre républicain. Ce quartier mérite autant, si ce n’est plus, d’attention quand il y a des victimes. Voilà le sens de la comparution immédiate de ce jour. » Une audience peu ordinaire puisque cette affaire n’a pas été jugée sur le fond, les victimes de l’agression n’ayant pas été avisées régulièrement. La présidente du tribunal, Marie-Paule Menu a donc rappelé les faits. « Dans ce dossier, même s’ils minimisent les violences ou discutent du nombre de gifles ou de coups, il n’empêche que les 3 prévenus reconnaissent les violences. Sauf le quatrième, dont le rôle se serait limité à arrêter les agresseurs. »

Le parquet a aussi rappelé : « Les personnes accusées de vol ont aussi été placées en garde à vue en fin de semaine mais elles ont été relâchées faute de preuves. »

Pour Me Eliane Gazan, l’avocate de la défense, « mes clients ont tous reconnu avoir commis une erreur, on doit leur laisser une chance de ne pas perdre tout ce qu’ils ont réussi dans la vie jusqu’à présent. »

Cette affaire est renvoyée au 16 juillet pour être jugée définitivement. Jusqu’à cette date, les 4 prévenus sont placés sous contrôle judiciaire, avec l’interdiction de séjourner à Castres et d’entrer en relation avec les victimes.

Sylvie Ferré

2 réponses
  1. nino
    nino dit :

    bien dit zorro , ils ont bien fait la police n est bonne qu a dresser des contraventions . je rajoute faites justice vous meme si quelqu un vous brake tuer le cherché pas a comprendre moi j hesiterai pas meme si 20piges de zonzon m attende il fo saigner ces enculer, je suis pret a faire la guerre pour avoir la paix , et si les gens avez un peux plus de couilles comme cette famille il n y aurait plus de brakage .

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.