Flore Galaud et Mathieu Szeradzki (lefigaro.fr)

Debbie Purdy et son mari, jeudi à la sortie de la Chambre des Lords à Londres.
Debbie Purdy et son mari, jeudi à la sortie de la Chambre des Lords à Londres. Crédits photo : AFP

En demandant une clarification de la loi sur le suicide assisté, jeudi, la Chambre des Lords, a donné satisfaction à Debbie Purdy, 46 ans, qui réclamait le droit de mettre fin à sa vie avec l’aide de son mari en Suisse sans que celui ne soit ensuite poursuivi en justice.

«Cette fois, je ne peux pas m’empêcher de me dire : on va y arriver». Debby Purdy se voulait optimiste avant la décision de la justice britannique. Elle avait raison. Les Law Lords, la plus haute instance judiciaire de Grande-Bretagne, ont demandé jeudi à la justice de clarifier la loi sur le suicide assisté, donnant ainsi satisfaction à cette femme atteinte de sclérose en plaque depuis 1995 et qui envisage une euthanasie en Suisse.

Agée de 46 ans, elle voulait savoir si son mari, le violoniste cubain Omar Puente, risquait d’être poursuivi en justice s’il l’aidait à se rendre dans un pays où le suicide assisté est légal et à y être euthanasiée. Jusqu’ici, en Grande-Bretagne, un «accompagnant» dans ce genre de procédure peut être condamné à 14 ans de prison pour «crime».

«Je demanderai au procureur général de clarifier sa ligne de conduite en identifiant les faits et les circonstances qu’il prendra en compte en décidant si, oui ou non, il engage des poursuites en vertu de la loi sur le suicide», a déclaré le représentant des cinq Law Lords lors de la lecture de la décision.

74% des Britanniques pour

Debby Purdy, aujourd’hui clouée sur un fauteuil roulant, s’était confiée au Times quelques heures avant le verdict assurant qu’elle et son mari étaient «soutenus par plein de gens». Pour preuve, un récent sondage du Times, où 74% des Britanniques interrogés se prononcent en faveur du suicide médical assisté pour les patients en phase terminale. «Il y a cinq ans, je ne pense pas qu’on aurait eu un tel pourcentage. (…) Les médias ont sensibilisé les gens à cette question en parlant notamment de mon cas».

Debby Purdy, comme de nombreux patients dans son cas, aimerait se rendre dans une des nombreuses «Dignitas clinics» suisses, qui pratiquent, légalement selon la loi en vigueur dans le pays, le suicide médical assisté. Selon le quotidien anglais, plus de 800 personnes auraient mis fin à leurs jours dans ce genre d’établissement. Parmi eux, 115 Anglo-Saxons. Souvent aidés par des proches. Aucun, jusqu’à présent, n’a été poursuivi par la justice. Dernier cas en date : celui d’Edward et Joan Downes, un couple de Britanniques malade respectivement âgés de 85 et 74 ans, qui ont mis fin à leurs jours ensemble dans l’un de ces centres.

» Ces pays qui pratiquent l’euthanasie

» Une législation différente d’un pays européen à l’autre

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.