De ASSOCIATED PRESS (CP) –

LE CAIRE — Vingt-six personnes, dont cinq Palestiniens, deux Libanais et un Soudanais, ont été inculpées en Egypte d’espionnage pour le compte du Hezbollah, de complot terroriste et de trafic d’armes vers la Bande de Gaza.

Le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a démenti toute tentative de déstabilisation de l’Egypte mais a reconnu y avoir dépêché un agent pour superviser les livraisons d’armes à destination de la Bande de Gaza.

Le procureur Abdel-Meguid Mahmoud a renvoyé les suspects devant la Cour d’urgence pour la sûreté de l’Etat, un tribunal spécial où les procédures sont rapides et sans appel. Il a également émis un mandat d’arrêt contre trois Egyptiens toujours recherchés et Mohammed Qabalan, un haut responsable du Hezbollah. Les autorités libanaises affirment pour leur part ne pas avoir encore reçu de demande d’extradition pour Mohammed Qabalan.

La date du procès n’a pas encore été fixée.

Dix-huit personnes sont inculpées pour avoir fourni au Hezbollah depuis 2005 des informations sur les horaires du Canal de Suez ainsi que sur les déplacements des touristes dans le Sinaï.

Les deux Libanais sont accusés d’avoir fourni de l’argent et une expertise technique pour acquérir des explosifs en vue « d’actions pour déstabiliser la sécurité et l’ordre public ».

Au moins trois des inculpés se voient reprocher d’avoir creusé des tunnels entre l’Egypte et la Bande de Gaza à des fins de contrebande. D’autres sont accusés d’avoir trouvé des hébergements pour des activistes ayant franchi la frontière.

C’est la première fois que des personnes sont inculpées en Egypte pour leur implication dans la construction de tunnels et la contrebande entre l’Egypte et la Bande de Gaza.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.