AP

Le procès d’un géologue suisse accusé d’avoir provoqué des séismes dans le cadre de ses activités de responsable d’un projet de centrale géothermique s’est ouvert mardi à Bâle.

Les risques de séismes étaient connus, a dit pour sa défense Markus Häring, qui doit répondre de dégâts se chiffrant en millions de francs suisses. Le géologue assure toutefois ne pas avoir agi intentionnellement.

Le tribunal correctionnel de Bâle se penche sur l’affaire, trois ans après les séismes provoqués par le chantier de ce qui aurait dû devenir la première centrale géothermique à grande profondeur de Suisse. Markus Häring, 57 ans, est accusé d’avoir causé dommages, inondations, écroulement de constructions et éboulements.

Son procès doit durer cinq jours et le verdict est attendu le 21 décembre. L’accusation devra établir la préméditation et l’intention.

Mardi, la présidente du tribunal, Felicitas Lenzinger, a interrogé Markus Häring sur le projet « Deep Heat Mining », à Bâle, qui avait entraîné, le 8 décembre 2006, un tremblement de terre d’une magnitude de 3,4 degrés sur l’échelle de Richter.

Indigné, le géologue a déclaré que l’accusation étaient sans fondement. Selon lui, sa société a depuis le début prévenu que les travaux pourraient occasionner des séismes: « on savait très peu de choses sur la séismicité et l’attention de l’office de l’environnement et de l’énergie a été attirée là-dessus. »

Un plan d’urgence adéquat avait été mis en place, a ajouté Markus Häring: « nous suivions la situation minute par minute et pouvions agir tout de suite ». Ainsi, après l’important séisme de décembre, les injections d’eau à forte pression ont été immédiatement coupées.

Le géologue a toutefois admis avoir été surpris par la force du séisme. Il a expliqué que ces forages avaient été réalisés dans une zone habitée pour des raisons d’économies et d’adaptation au marché.

Après le séisme de décembre 2006 et ceux qui ont suivi, Geopower Basel AG a enregistré 2.700 annonces de sinistres. La société a versé jusqu’ici près de neuf millions de francs suisses aux personnes lésées. La semaine dernière, après une analyse des risques, le gouvernement bâlois a décidé de stopper définitivement le projet. AP

_________________________________________

Procès de la géothermie: le chef du forage bâlois acquitté

Tribunal pénal | Le patron de l’entreprise qui a effectué des forages géothermiques à Bâle a été acquitté lundi par le Tribunal pénal.

© KEYSTONE | Les forages du quartier de l’Industrie, à Bâle, ont provoqué à fin 2006 un tremblement de terre d’une magnitude de 3,4 degrés.

ATS | 21.12.2009 | 16:58

Le Ministère public accusait le patron de l’entreprise qui a effectué des forages géothermiques à Bâle, un homme de 57 ans, de dommages à la propriété et d’effondrement suite aux séismes engendrés par le chantier en 2006 et 2007.

Son avocat avait plaidé le non-lieu. L’accusé avait qualifié les reproches qui lui étaient faits d’«absurdes».

Le patron de l’entreprise Geothermal Explorer, qui a effectué les forages, était seul sur le banc des accusés. Les séismes provoqués par les travaux ont causé des dégâts estimés à plusieurs millions de francs.

Le projet, qui visait à produire de l’énergie en injectant de l’eau en profondeur, a été stoppé fin 2006 suite au premier tremblement de terre d’une magnitude de 3,4 degrés. Il a été définitivement enterré la semaine dernière.

Geothermal Explorer appartient à Geopower, une société détenue à 41,3% par le canton de Bâle-Ville. Bâle-Campagne et Axpo figurent parmi les actionnaires. Dans la hiérarchie de Geopower, le prévenu n’était que le numéro 4. La société n’a pas été inculpée.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.