À la barre du tribunal de Rodez mercredi.

Rodez. Justice : bourrés à la Saint-Bourrou

Rodez. Justice : bourrés à la Saint-Bourrou
DDM

Olivier et François étaient présentés, mercredi, en comparution immédiate. Les faits se sont produits dans la nuit du 1er au 2 juin, à l’occasion de la Saint-Bourrou, la célèbre fête des vignerons de Marcillac. Le problème, c’est que les deux compères ont un peu trop abusé du breuvage, la soirée se terminant à coups de tête et de poing. Olivier s’est même livré à cet exercice à deux reprises dans la soirée, d’abord tout seul, ensuite en compagnie de François, les deux prévenus corrigeant copieusement un autre homme. « Il draguait ma copine pendant que j’achetais un sandwich. Alors j’y en ai mis une », explique François. Et Olivier en a rajouté une couche après que la victime l’a bousculé. « Cinq points de suture, le nez et trois dents cassées, voilà comment il est rentré de son week-end en Aveyron », s’indigne Me Nguyen, défenseur de la victime, qui demande 6 000 € de provision pour ses soins.

« Ce climat de violence est intolérable », entame le substitut du procureur. « Un jour où l’autre, il tuera quelqu’un ». Et ce dernier de requérir pour Olivier, en état de récidive – le 19 avril dernier, à Olemps, il avait commis des violences sur un gendarme à l’occasion d’un contrôle d’alcoolémie où il avait été déclaré positif – quinze mois de prison, doit huit mois avec sursis, obligation de soins et annulation du permis avec interdiction de le repasser pendant huit mois. Et pour François, six mois de prison avec sursis et mise à l’épreuve.

Me Soline Chauder, qui défend les deux prévenus, estime « le cas d’Olivier plus complexe que celui de François, qui n’est pas connu de la justice pour des cas de violence ».

Le tribunal condamne ce dernier à trois mois de prison avec sursis et mise à l’épreuve de deux ans avec obligation de travailler et à l’indemnisation de la victime. Olivier est condamné à douze mois de prison avec sursis et mise à l’épreuve de deux ans avec obligation de travailler et de soins. Il annule son permis et lui interdit de le repasser pendant huit mois. L’audience sur intérêts civils aura lieu le 16 décembre.

Délit de fuite

Mohamed était une nouvelle fois à la barre du tribunal mercredi. Incarcéré jusqu’en 2018 pour abus de personne vulnérable et évasion, il comparaissait pour des faits antérieurs. En mars 2008, avec la voiture que lui avait prêtée une amie pendant deux mois, il a percuté un véhicule en stationnement, partant sans laisser d’adresse. S’il avait nié les faits au départ, Mohamed a reconnu sa culpabilité lors de l’audience. Me Dibon-Courtin, qui défendait le prévenu, a demandé au tribunal de confondre la peine requise par le substitut du procureur, soit quatre mois de prison et une amende de 100€. Le tribunal a accédé à sa demande.

Violence et dégradation

Yannick et Nuno Filipe comparaissaient pour violence avec usage d’une arme, en l’occurrence un verre, pour le premier, et dégradation volontaire du bien d’autrui pour le second, détenu pour une autre cause. Les faits ont été commis le 19 octobre 2007, à Rodez. Yannick est passager d’un véhicule qui roule sur le pied de la compagne de Nuno Filipe. Ce dernier donne un coup de poing sur le pare-brise de la voiture qui s’étoile. Yannick sort de la voiture et le frappe avec le verre.

Le tribunal condamne Nuno Filipe à 450 € d’amende et Yannick à 750 € d’amende. L’audience sur intérêts civils aura lieu le 16 décembre.

12/06/2009 10:56 | LaDepeche.fr

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.