a ministre de la justice, Michèle Alliot-Marie, a saisi le Conseil supérieur de la magistrature (CSM) pour engager des poursuites disciplinaires contre le président du tribunal de grande instance de Nîmes, Jean-Pierre Pierangeli. Le CSM est également saisi du cas du vice-président du tribunal, Robert Jourdan. Les deux magistrats sont en guerre ouverte au tribunal, où règne un climat délétère. M. Jourdan a déposé plainte pour « harcèlement moral », le 24 novembre, contre son président. Plusieurs magistrats ont dénoncé le comportement du président devant les inspecteurs des services judiciaires. M. Pierangeli s’étonne, lui, que le CSM soit saisi sur la base d’un « rapport non-contradictoire ».

Alain Salles
LE MONDE | 30.11.09 | 14h23  •  Mis à jour le 30.11.09 | 14h23
1 réponse

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.