pédophilie gendarme pédophile téléchargement images pédophiles

Agrandir l'image

Crédit Photo : TF1

Image d’archives

  • L’ancien adjoint socialiste à la mairie du Xe arrondissement, Julien Bobot, a été condamné mardi à six mois d’emprisonnement avec sursis.

  • Agé de 34 ans, il avait téléchargé et consulté sur Internet des images pornographiques mettant en scène des mineurs âgés de 2 à 15 ans.

– le 26/05/2009 – 18h46

Un ex-adjoint PS à la mairie du Xe arrondissement de Paris a été condamné mardi à six mois d’emprisonnement avec sursis pour détention d’images pédophiles par le tribunal correctionnel de Paris. Julien Bobot, 34 ans, a été condamné pour avoir téléchargé et consulté sur Internet des images pornographiques mettant en scène des mineurs âgés de 2 à 15 ans sur son ordinateur personnel et sur son lieu de travail, de juin 2007 à la mi-mai 2009. Dénoncé par une collègue de travail, ce chargé de mission au sein de la Ligue de l’enseignement avait été interpellé il y a deux semaines par la Brigade de protection des mineurs.

Egalement adjoint aux questions scolaires à la mairie du Xe, mandat dont il a démissionné depuis son arrestation, Julien Bobot a reconnu les faits en garde à vue ainsi que lors de l’audience de mardi devant la 15e chambre correctionnelle. “Depuis deux semaines, je me pose la question de savoir pourquoi j’ai fait cela alors que je n’ai pas à me plaindre de ma vie“, a expliqué d’un ton posé ce père de deux enfants, âgés de un et trois ans.

“Une forme de soulagement”

Sans antécédent judiciaire, ni “anomalie mentale“, selon un expert psychiatre, Julien Bobot s’est dit parfaitement conscient de transgresser la loi en visionnant, téléchargeant et archivant des images d’enfants abusés sexuellement. “D’une certaine façon, le fait que cela s’arrête et que je me demande ‘pourquoi ?’ est une forme de soulagement“, a-t-il ajouté, soulignant que depuis sa garde à vue et sa convocation au tribunal, il avait pris rendez-vous avec un psychiatre et un psychanalyste.

Le tribunal n’a pas suivi le parquet qui avait requis un suivi socio-judiciaire avec une obligation de soin pendant trois ans. En prononçant six mois d’emprisonnement avec sursis, “le tribunal a souhaité vous faire confiance et considérer que vous allez effectivement suivre une psychothérapie“, a expliqué au prévenu la présidente Marie-Françoise Guidolin. Julien Bobot devra en outre verser un euro symbolique à la Ligue de l’enseignement, partie civile.

(D’après agence

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.