(AFP) – 

NIAMEY — La justice nigérienne a remis en liberté mardi un activiste influent interpellé après avoir appelé à la mobilisation face à la rallonge très controversée du mandat du président Mamadou Tandja, a indiqué l’un de ses collègues.

« Marou Amadou est libre. Le juge a déclaré la procédure nulle et l’a remis en liberté », a affirmé à l’AFP Ali Idrissa, membre du Front uni pour la sauvegarde des acquis démocratiques (FUSAD), que dirige M. Amadou.

Il avait été interpellé lundi après avoir lancé un appel à la mobilisation face à l’adoption, le 4 août par voie de référendum, d’une nouvelle Constitution permettant au président de rester au pouvoir jusqu’en 2012 au lieu de se retirer en décembre comme initialement prévu.

M. Amadou, qui avait aussi appelé les forces de l’ordre à la désobéissance, était accusé d' »atteinte à la sûreté de l’Etat ».

Lors d’un autre procès qui se déroulait également jeudi au Palais de Justice de Niamey, intenté contre le directeur de l’hebdomadaire privé Le Canard déchaîné, un juge a annoncé que le verdict serait rendu le 18 août, selon Ali Idrissa, qui est également le directeur du groupe de médias privés Dounia.

M. Tiémogo, interpellé le 1er août, est accusé d’avoir discrédité une décision de justice en commentant sur une télévision privée le mandat d’arrêt lancé par les autorités nigériennes contre l’ancien Premier ministre Hama Amadou, selon une organisation de défense des droits de l’Homme.

Dans la matinée, la police a dispersé à coup de gaz lacrymogènes et de matraque des hommes politiques, syndicalistes et militants des droits de l’Homme qui souhaitaient assister aux procès de MM. Amadou et Tiémogo.

Zakari Alzouma, directeur de la revue privée L’opinion, a affirmé à l’AFP que son poignet avait été fracturé suite à un coup de matraque.

Selon des journalistes sur place, le vice-président du Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme (PNDS, principale formation d’opposition) Bazoum Mohamed, a également été molesté par les policiers.

Copyright © 2009 AFP. Tous droits réservés.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.