Reuters
FREETOWN – Trois ex-dirigeants du Front révolutionnaire uni (RUF), mouvement rebelle de Sierra Leone, ont été condamnés à de lourdes peines de prison pour leur rôle dans la guerre civile qui a fait rage de 1991 à 2002.

Issa Hassan Sesay, Morris Kallon et Augustine Gbao, les plus hauts responsables du RUF encore en vie, avaient été reconnus coupables il y a six semaines de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité par le Tribunal spécial des Nations unies pour la Sierra Leone. Tous ont également été reconnus coupables d’enrôlement forcé de mineurs.

Il s’agit des premiers membres du RUF jugés par le Tribunal spécial pour la Sierra Leone, qui a déjà condamné des miliciens progouvernementaux et des combattants d’un autre mouvement rebelle.

Dix-huit chefs d’accusation ont été retenus contre eux, notamment ceux, sans précédent, d’atteintes à la sécurité des forces de maintien de la paix et de mariage forcé.

Le premier a valu une condamnation à 52 ans de réclusion à Sesay, tandis que Kallon et Gbao se sont vus infliger 40 et 25 ans de prison. Tous chefs d’inculpation confondus, ils écopent respectivement de 693, 340 et 327 ans de prison, mais seule la peine la plus lourde est applicable.

Ouvert en juin 2007, le procès de l’ancien président du Libéria voisin Charles Taylor est également en cours. Il est notamment accusé d’avoir armé la rébellion du RUF en échange de diamants exploités dans l’est de la Sierra Leone. Son procès se tient à La Haye, aux Pays-Bas, pour éviter tout trouble en Afrique de l’ouest. Le verdict est attendu début 2010.

______________________________________

Un tribunal de Sierra Leone condamne les dirigeants rebelles à des dizaines d’années de prison

LAGOS, 8 avril (Xinhua) — Les trois leaders du Front  révolutionnaire uni (RUF) en Sierra Leone ont été condamnés à des  dizaines d’anées de prison par le tribunal pour crimes de guerre  mercredi, selon des informations parvenues à Lagos.

Selon la sentence de la cour, le dirigeant du RUF Issa Sesay  écope de 52 ans de prison, l’ancien commandant du groupe Morris  Kallon passera 39 ans en prison et un autre important membre  Augustine Gbao a été condamné à 25 ans d’emprisonnement.

La cour les a reconnus responsables pendant une décennie de  crimes de guerre, dont des massacres, des viols et des mutilations.

Les dirigeants rebelles ont été reconnus coupables de la  plupart des 18 principales accusations individuelles portées  contre eux, quoiqu’ils aient nié certaines charges.

Les verdicts interviennent après que le Tribunal spécial pour  la Sierra Leone les eût reconnus en février coupables de crimes de guerre.

Le Tribunal spécial a été créé en 2002 à la fin de la guerre  civile qui a éclaté en 1991 dans le pays de l’Afrique de l’ouest.

Jusqu’à 120.000 personnes ont été tuées et des dizaines de  milliers d’autres mutilées dans le carnage.

La cour a aussi inculpé l’ancien président libérien Charles  Taylor pour son implication dans la guerre civile en Sierra Leone  voisine.

Taylor, 59 ans, est accusé de fournir des armes et d’autres  formes de soutien aux rebelles en Sierra Leone contre des diamants pendant la guerre civile dans son propre pays entre 1989 et 2003.  Taylor est jugé à la Haye pour des raisons de sécurité.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.