Les neveux du président tunisien en justice pour vol de yacht

Deux neveux du président tunisien Zine El Abidine Ben Ali, inculpés dans l’enquête sur le vol d’un yacht en Corse en 2006, sont renvoyés devant un tribunal français qui pourrait décider de confier le dossier à la justice tunisienne, a-t-on appris du procureur.

Les frères Trabelsi, des neveux par alliance du président tunisien, sont soupçonnés d’être les commanditaires du vol en France de trois yachts. Ils ont été mis en cause par les convoyeurs du yacht d’un banquier volé en 2006 dans l’île française de Méditerranée. Le juge d’instruction a rendu le 31 juillet une ordonnance renvoyant 11 personnes, parmi lesquelles les deux frères, devant le tribunal correctionnel d’Ajaccio.

« L’audience aura lieu le 21 août », a précisé le procureur général Paul Michel. Le dossier pourrait être scindé entre d’une part les vols commis en France, et d’autre part la complicité de vol qui concerne les deux neveux et qui a été perpétrée depuis la Tunisie, a-t-il indiqué. »Les deux frères, Imed et Moaz Trabelsi, étant domiciliés en Tunisie et les faits qui leurs sont reprochés (la complicité de vol: NDLR) ayant été commis hors du territoire national, une dénonciation officielle des faits a été transmise à la Tunisie », a-t-il rappelé.

« Il a paru plus simple au parquet de demander une disjonction des faits », a expliqué le magistrat, ajoutant que les deux hommes devraient être jugés dans un « délai raisonnable » en Tunisie. « Si la Tunisie ne les juge pas, la France pourrait le faire », a ajouté le procureur Michel.

Les deux frères ont été inculpés en mai 2008 par un magistrat tunisien pour « complicité de vol en bande organisée », dans le cadre d’une commission rogatoire internationale délivrée début 2008 par le juge d’instruction du tribunal d’Ajaccio, Jean-Bastien Risson. En mai 2008, le procureur d’Ajaccio, José Thorel, s’était rendu en Tunisie et avait démenti toute tension diplomatique entre la France et la Tunisie sur ce dossier.

Deux des trois yachts avaient été volés sur la Côte d’Azur, dans le sud-est de la France. Le troisième, volé à Bonifacio (Corse-du-Sud) et retrouvé à Sidi Bou Saïd (Tunisie) a été restitué à son propriétaire, le patron de la banque Lazard, Bruno Roger. (afp/cb)

08/08/09 21h22
0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.