mardi 22 septembre 2009

C’était à Plélan-le-Grand, en 2007. Les trois jeunes Havrais accusés du braquage d’un supermarché sont jugés à Rennes. Ils affirment leur innocence. Verdict vendredi.

« Non coupable. » Dès le début de leur procès, hier matin devant la cour d’assises d’Ille-et-Vilaine, Amadou Deme, Bokar Niang et Djibril Sow ont répété qu’ils n’avaient rien à voir avec ce vol à main armée. Ils sont emprisonnés depuis juin et août 2007.

Mardi 20 mars 2007, au magasin Super-U de Plélan-le-Grand, à l’ouest de Rennes. Dès 6 h, puis au fur à mesure de leur arrivée, les employés se retrouvent nez à nez avec trois individus gantés et encagoulés. Deux brandissent une arme de poing, le troisième un maillet.

De 6 h à 8 h, les vingt et un employés sont pris en otage, séquestrés dans la boulangerie, contraints à s’allonger sur le sol. À son arrivée vers 8 h, le directeur du supermarché tombe à son tour dans le piège. Sous la menace, il ouvre le coffre-fort, puis le distributeur automatique de billets. Les trois braqueurs empochent 21 460 €. Ils disparaissent à bord d’une Renault Clio.

Le chauffeur s’était enfui

En quelques heures seulement, les gendarmes remontent jusqu’à Jonathan Kollela, un jeune Havrais. C’est lui qui avait demandé à la mère d’un copain de louer la Clio, la veille du hold-up, à Ploërmel. Il reconnaît que ce 20 mars 2007, contraint et forcé selon lui, il devait servir de chauffeur et de guetteur – par talkie-walkie – aux trois braqueurs entrés dans le Super U. Mais, la trouille au ventre, Jonathan Kollela avait fini par quitter le parking du supermarché, abandonnant la Clio à ses complices. La voiture sera retrouvée au Havre, dès le lendemain.

En gardeà vue puis lors de l’instruction, le jeune Havrais refuse de donner l’identité de ses complices. Mais il les désigne par leur surnom : « Lamdam, Koffi et Harry. » Après neuf mois de détention provisoire, Jonathan Kollela, quatrième accusé, comparaît libre devant les assises. Sous la qualification de « non-dénonciation de crime ».

Grâce aux écoutes téléphoniques, et aux témoignages, les enquêteurs sont persuadés d’avoir démasqué les braqueurs. Lamdam ne serait autre que Bokar Niang, 24 ans ; Koffi serait le pseudonyme d’Amadou Deme, 26 ans ; et Harry, le surnom de Djibril Sow, 25 ans. Habitant la cité Caucriauville, au Havre, tous trois sont Français d’origine sénégalaise. Leurs trois pères avaient quitté l’Afrique pour venir travailler à l’usine Renault de Sandouville.

D’autres charges existent contre les accusés. « La présence d’Amadou Deme à Plélan, la veille du hold-up, est avérée. Et lors de son interpellation, Bokar Niang était porteur de la carte d’identité volée avec laquelle il a réservé un hôtel à Rennes, le 19 mars au soir », résume l’acte d’accusation.

En décembre 2007, la cour d’assises des mineurs de Seine-Maritime a condamné MM. Deme, Niang et Sow à 11, 6 et 4 ans de prison respectivement, pour des braquages ¯ reconnus ¯ commis en 2002.

Michel TANNEAU.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.