juge-instruction-reforme-rapport-legerMichèle Alliot-Marie, garde des Sceaux, et Nicolas Sarkozy vont recevoir mardi le rapport du comité Léger, chargé du chantier de réforme de la justice. On en connait déjà les grandes lignes : l’introduction du « plaider coupable », par exemple, qui allègera les procès d’Assises, la limitation des gardes à vue aux infractions débouchant sur des peines de prison, ou encore la réduction des temps de détention provisoire. Mais ce qui fait polémique, c’est la suppression du juge d’instruction.

Le rapport devait initialement être remis en juin, mais la date a été repoussée en raison des élections européennes et du remaniement ministériel.

Parmi les propositions, déclinées en 12 thèmes, figurent la disparition du juge d’instruction –que le président de la République avait lui-même annoncée en janvier– et une série de mesures visant à renforcer à la fois les droits de  la défense et le pouvoir du procureur, appelé à devenir la seule autorité dirigeant l’enquête pénale.

Un bouleversement qualifié de « régression démocratique » par Christophe Régnard, président de l’Union syndicale des magistrats (USM, majoritaire), car il ne s’accompagne pas d’un changement du statut des magistrats du parquet, subordonnés hiérarchiquement à la Chancellerie qui décide de leur carrière.

Autre mesure phare de ce « projet » : l’introduction en cour d’assises du « plaider coupable », une mesure écourtant le procès et ouvrant la voie à une peine minorée qui n’existe pour l’instant qu’en correctionnelle. Cela ne concernerait pas les crimes les plus graves, notamment lorsque la prison à vie est encourue.

Lors du procès, le président de la cour deviendrait davantage un « arbitre » entre accusation et défense, laissant notamment au représentant du parquet l’exposé des faits reprochés à l’accusé. La victime garderait toute sa place dans le « plaider coupable » en ayant la possibilité d’assister à l’audience.

Au stade de l’enquête, le comité préconise « des délais butoirs fortement réduits » pour la détention provisoire et une « restriction » du placement en garde à vue. Les personnes frappées par cette mesure pourraient s’entretenir avec leur avocat pendant une demi-heure dès le début, puis à nouveau à la douzième heure,  le défenseur ayant alors accès aux procès verbaux des auditions de son client.

En recevant en mars un rapport d’étape qui ne concernait que cette phase de l’enquête, Rachida Dati, ancienne Garde des Sceaux, avait promis que les propositions feraient l’objet d' »une large consultation » en vue d’un projet de loi soumis au Parlement.

Auteur : Elodie Touchard

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.