NOUVELOBS.COM | 16.06.2009 | 11:20

Poursuivie pour le meurtre de son patron, la jeune femme a été relaxée suite aux nombreux soutiens qu’elle a reçus sur Internet.

Une étudiante chinoise soutenant Deng Yujiao, symbolisant le déni de justice dont souffrent les femmes en Chine (AFP)

Une étudiante chinoise soutenant Deng Yujiao, symbolisant le déni de justice dont souffrent les femmes en Chine (AFP)

Deng Yujiao, une jeune Chinoise de 21 ans, a été reconnue coupable du meurtre de son patron mais n’a pas été condamnée à l’issue d’un procès d’une demi-journée, rapporte mardi 16 juin un juge du tribunal de Badong.
La justice a décidé de laisser cette employée d’hôtel en liberté, à la grande joie de ses partisans et des internautes. En effet, la jeune femme est devenue une héroïne sur Internet en Chine après avoir tué un cadre qui tentait d’abuser d’elle sexuellement.

Elle encourait la peine de mort

Poursuivie pour meurtre, Deng Yujiao était accusée d’avoir tué un cadre local de Badong à coups de couteau de cuisine et d’en avoir blessé un autre. Elle encourait la peine de mort. Finalement, « elle n’a pas eu de peine pour quatre raisons : elle a fait un usage excessif de la force mais en état de légitime défense, elle a une responsabilité pénale limitée, elle s’est rendue de son propre gré à la police et il y a eu grave erreur de la partie adverse », explique le juge réclamant l’anonymat.
Après avoir été arrêtée, la jeune femme souffrant de problèmes psychiques avait été placée en hôpital psychiatrique puis en résidence surveillée auprès de sa mère.

Sans les internautes, « il n’y aurait pas eu ce genre de verdict »

Son cas a enflammé de nombreux débats sur la Toile où une grande partie des internautes a pris parti pour la jeune femme, présentée comme la victime de la bureaucratie locale corrompue. Selon certains sondages, 69 % des personnes interrogées considèrent que la jeune femme était en état de légitime défense et 77 % estiment que, même si elle a tué, elle est innocente de ce crime. Sur les blogs, les commentaires d’internautes se mutiplient par milliers. « Deng Guida (le cadre décédé) méritait la mort », s’enflamme un internaute. « Une femme travaillant dans un institut de massage doit pouvoir se défendre pour préserver sa dignité ! » s’émeut un autre. « C’est clairement un cas de légitime défense ! Et si c’est prouvé, cela servira de leçon aux fonctionnaires locaux qui se comportent mal… », tranche un troisième..
Mardi matin, au moins 500 personnes se sont rassemblées devant le tribunal de Badong pour la soutenir, mais n’ont pas été autorisées à assister au procès, a déclaré à l’AFP Luo Jiajiu, un des organisateurs du rassemblement. L’affaire a montré l’influence croissante d’Internet, qui joue de plus en plus un rôle de contre-pouvoir face aux abus des autorités locales chinoises. « S’il n’y avait pas eu la pression des internautes, il n’y aurait pas eu ce genre de verdict », a estimé l’avocat de Pékin Zhang Tianyong, spécialisé dans la défense des droits de l’Homme. « C’est une victoire du peuple », commentait un internaute du Fujian sur l’un des principaux portails Sohu.com.
(nouvelobs.com)

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.