publié le 20/06/2009 10:00

Lors d’une réunion des ministres européens de la Justice, le 5 juin, la France a soutenu la proposition finlandaise d’évoquer avec la Russie, au niveau de l’Union européenne, les cas d’enlèvements d’enfants de couples binationaux. A Paris, l’affaire Elise a défrayé la chronique (la petite Franco-Russe, âgée de 3 ans, a été enlevée le 20 mars dernier à Arles). Ces jours-ci, c’est au tour de Helsinki d’être confronté à un cas semblable. Avec une complication : Anton,5 ans, a été exfiltré de Russie, où sa mère l’avait emmené, il y a un an, dans le coffre de la voiture diplomatique d’un agent consulaire finlandais. Moscou a déclaré ce dernier persona non grata.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.