Les accusés : José David le mari, Jacky Salles l’ami et Ronny Auth le confident / Christophe Busti

Condrieu : « Ça t’intéresserait de tuer ma femme ? »

ur des débats / Christophe Busti

Coup de tonnerre à la cour d’assises. Jacky « le schizophrène » a livré le récit hallucinant d’un contrat qu’il aurait honoré en participant au meurtre de l’épouse de son copain

La foudre est tombée au moment où l’on s’y attend ait le moins : à l’heure du déjeuner après la longue déposition d’un gendarme. Interrogé par le président Cathelin, Jacky Salle, se lève et dans ses mains tremblantes tourne les pages d’un cahier d’écolier où il a consigné ses notes. Lui, qui a longtemps nié avoir participé à l’élimination de Leticia Rey et tenté d’aider son époux à maquiller le meurtre en accident, se met à table. Et livre un récit hallucinant de précision s mais dénué d’affect. Un détachement effrayant qui colle à sa personnalité de schizophrène.

« C’était un mois avant les faits, José David m’avait contacté en me demandant si pour 5 000 euros je serais prêt à tuer sa femme. J’ai accepté. Le 20 août, il m’a téléphoné pour me dire que c’était pour ce soir ». Et Salle de décrire la manière dont David est venu le chercher au camping, la mise en scène à sa maison de Saint-Clair-du-Rhône. « Je devais surgir derrière elle, lui briser la nuque mais comme je n’ai pas réussi, José a ceinturé la fille et j’ai appuyé ma main sur sa bouche. Elle est tombée ». La suite est difficilement supportable pour la famille au premier rang : « Alors j’ai demandé ce que je devais faire. Il m’a dit c’est trop tard étouffe la. Il lui tenait les bras ». Et le SDF devient intarissable livrant luxe détails sur le transport du corps dans la voiture, l’accident simulé dans les vignes et avorté par le passage d’un véhicule, la garde à vue, l’enquête et la mise en examen. Quel crédit accorder à ce témoignage de dernière minute de la part d’un coaccusé qui lui aussi a joué à cache avec la vérité ? Déstabilisé, David a encaissé le coup en déclarant en rester à sa version des faits. A savoir une dispute avec sa femme ayant mal tourné, l’intervention de Salle et la fuite en avant. « J’ai paniqué quand il l’a tuée. Pour moi c’est un accident, je voulais qu’elle s’arrête de gueuler et m’empêcher de sortir mais je n’ai jamais voulu sa mort ». Et cette fois c’est l’avocat général qui enfonce le clou en évoquant les assurances qu’il aurait touchées en cas de décès accidentel de sa femme qui voulait le quitter. Plus de 100 000 euros sans compter les deux contrats souscrits un mois avant le décès mais invalidés faute de versement de prime et surtout d’une fausse signature de Leticia rédigée par les soins de son mari. Bref un crime crapuleux assorti d’un plan machiavélique qui justifierait largement pour Christian Roussel une requalification en assassinat. Si l’étau se resserre autour de José David, Me Rippert, son conseil, n’a pas manqué de désamorcer la bombe : « Franchement si l’on cherchait un tueur à gage il faudrait être le dernier des crétins pour aller proposer l’affaire à un homme tel que Jacky Salle ». Un simple revers de manche suffira-t-il à dissiper le malaise ? Réponse aujourd’hui avec l’audition d’autres témoins ayant fréquenté le couple et les protagonistes du drame.

Michel Girod

_________________________________________________________

Ils voulaient faire passer le crime pour un accident

 

Les jurés de la cour d’assises du Rhône se penchent sur la personnalité des acteurs et du confident de l’affaire dite des « vignes de Condrieu »

Des faits proprement dits il n’en sera question qu’à partir de ce jour mais déjà, hier, les jurés de la cour d’assises du Rhône, réunis pour juger les deux auteurs présumés du meurtre de Leticia Rey en août 2006, ont compris l’enjeu des débats.

Si, durant toute l’instruction, José David, l’époux de la victime, a changé de versions comme de chemise, il semble aujourd’hui prêt à reconnaître sa culpabilité « mais ajoute-il en corollaire : « Pas la préméditation ». Quant à Jacky Salles qui bêtement avait nié toute assistance à l’exécution de Léticia, il veut aussi lâcher du mou.

Le problème de la reconnaissance ne se pose pas pour le troisième homme Ronny Auth qui ne répond que du délit de non-dénonciation de crime et qui, par ses aveux, a sérieusement facilité la tâche des enquêteurs.

L’enjeu justement est de savoir si la jeune femme a été tuée pour un motif crapuleux lié au versement de primes d’assurances ou est morte par un enchaînement de rancœurs, de disputes et de panique. Les trois accusés ont au moins en commun une enfance chaotique : David a très mal vécu le divorce de ses parents et le remariage de sa mère dans la région de Vienne. Enchaînant les échecs scolaires puis les petits boulots, il a toujours montré une certaine appétence pour l’argent en revendant des voitures ou même à l’occasion de l’herbe. Mal dans sa peau au point de peser plus de 170 kilos et en perdre la moitié après la pose d’un anneau gastrique, toute sa vie a oscillé entre la soif du paraître et la faim de la reconnaissance. En épousant Leticia en 1998, il pensait trouver un équilibre. Mais l’accumulation de sorties a précipité le couple dans la mésentente.

Jacky Salles a un profil beaucoup plus complexe. Gamin ballotté de père en père, en perpétuelle révolte, il a multiplié les déconvenues et a dû, dès l’âge de 15 ans, être hospitalisé en psychiatrie pour une forme de schizophrénie. Grand, le visage inquiet et le corps nerveux, il est décrit comme un garçon solitaire et influençable. Au point de suivre aveuglément un ami ? Les experts ont en tout cas retenu « une altération du discernement ou du contrôle de ses actes » au moment des faits. Quant à Auth, c’est un homme plutôt placide. Un peu complexé aussi par un problème de surpoids, franchement immature mais qui, depuis les faits révélés, s’est ancré et a trouvé ses repères dans le travail.

Trois accusés, trois personnalités avec leurs différences, leurs carences et leurs fantômes mais déjà un autre hante la salle d’audience. Celui de Léticia, une jeune femme prise dans ce maloestrom de frustrations et de difficultés existentielles. Une étudiante, une déçue de la vie qui espérait autre chose que celle proposée par José David, d’autres gens que ses fréquentations et qui n’imaginait pas qu’elle serait un soir à Saint-Clair-du-Rhône victime d’un meurtre commis à quatre mains et révélé par une voix presque inaudible

Michel Girod

Meurtre à quatre mains à Saint-Clair-du-Rhône Le Progrès‎28 juin 2009‎

1 réponse

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.