Une reconstitution de l'enlèvement avait été organisée en mai 2008. Photo DDM, archives, F.V.

Une reconstitution de l'enlèvement avait été organisée en mai 2008. Photo DDM, archives, F.V.

En mettant sur pieds leur coup, cinq jeunes pensaient ramasser le pactole. Le 10 février 2007, ils ont tout au plus empoché quelques milliers d’euros en liquide pour, quelques jours plus tard, se retrouver en garde à vue. Les cinq auteurs présumés de l’enlèvement d’un des patrons de la discothèque le « Big Ben », installée à Grisolles, seront jugés aujourd’hui par la cour d’assises de Tarn-et-Garonne. Un procès qui s’allongera jusqu’à vendredi.

Au cours de cette longue audience, les jurés examineront le périple de ce quinquet. Une épopée qui a débuté le dimanche 10 février au cœur de Montauban. C’est là, près d’un appartement de ce qui est alors encore la place Prax-Paris que le petit groupe, attend le propriétaire de la boîte de nuit, le « Big Ben ». Quand il arrive à son domicile, il est embarqué, sous la menace d’armes dans un long périple.

Les malfaiteurs, particulièrement renseignés, le conduisent au Big Ben où ils ne trouvent une caisse vide.

Finalement, à force de pression, ils mettent la main sur plusieurs milliers d’euros en contactant l’associé de leur victime.

De retour à Montauban, les malfaiteurs relâchent le propriétaire de la boîte sur un parking proche de l’hôtel Ibis à Montauban. Chargés de l’enquête la section de recherche de Toulouse et la brigade de recherche de Montauban ne réussissent à remonter la piste des kidnappeurs.

C’est l’analyse de la puce d’un téléphone portable, qui a été déclenchée durant quelques secondes, qui leur montrent le chemin à suivre. Très vite, l’ensemble des membres du groupe est identifié.

Cette bande, composée notamment d’un étudiant toulousain et d’un militaire du 48e régiment de transmission d’Agen, est interpellée à la fin du mois de mars au cours d’une vaste opération régionale. Au cours de leurs différentes auditions devant le magistrat instructeur chargé de ce dossier, les quatre jeunes auraient reconnu les faits.

Publié le 24/11/2009 09:35 | F. V.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.