Geneviève de Fontenay jugée à Marseille pour injure

Geneviève de Fontenay, présidente du comité Miss France, a comparu au tribunal de Marseille pour « injure publique » à l’encontre de Luce Auger, éphémère Miss France 1961.

Le procès porte sur une lettre publiée le 4 avril 2008 sur le site internet du journal suisse Le Matin où Geneviève de Fontenay décrivait la plaignante comme « une salope, une perverse, une méchante ».

Luce Auger réclame 50.000 euros de dommages et intérêts à Geneviève de Fontenay et à Théo Bouchard, directeur de la publication du quotidien suisse.

Dans une lettre ouverte envoyée à l’Association Internationale des Concours de Beauté Francophone, Luce Auger avait mis en cause Geneviève de Fontenay et son mari, décédé en 1981. Selon elle, le couple de Fontenay faisait poser en sa présence les candidates les seins nus pour des photos quelques jours avant l’élection nationale. Luce Auger apportait ainsi son soutien à Valérie Bègue, Miss France 2008, désavouée par Geneviève de Fontenay après la publication de photos de nu.

Luce Auger, aujourd’hui âgée de 74 ans, avait été Miss France 1961 durant cinq semaines. Enceinte, elle avait été destituée au profit de sa dauphine.

L’avocat de Geneviève de Fontenay a demandé la condamnation de la plaignante pour procédure abusive.

Le tribunal rendra son jugement le 13 mars.

François Revilla, édité par Gilles Trequesser

1 réponse
  1. luce auger
    luce auger says:

    MISE AU POINT et DROIT DE RÉPONSE de LUCE AUGER ( MISS FRANCE 1961)

    Suite à l’audience correctionnelle du vendredi 13 février 2009 à la 8ème Chambre du TGI de Marseille.

    Dans l’affaire Luce AUGER ( MISS FRANCE 1961) contre Madame DE FONTENAY.

    Contrairement à ce qui a été a spécifié dans une dépêche de l’Agence de Presse « Reuters » reprise par divers médias, à savoir :

    … Luce Auger, aujourd’hui âgée de 74 ans, avait été Miss France 1961 durant cinq semaines. Enceinte, elle avait été destituée au profit de sa dauphine…

    Luce AUGER rappelle une nouvelle fois que sa destitution avait été illégale et qu’elle n’était nullement enceinte, Monsieur Louis de FONTENAY avait falsifié des documents pour argumenter cette décision.

    Après plainte de Luce AUGER, le Tribunal Correctionnel de Versailles avait condamné Monsieur Louis de FONTENAY à 2 mois de prison et mille francs d’amende pour « faux et usage de faux ». ( avec sursis en ce qui concerne la peine d’emprisonnement)

    De facto , Luce AUGER avait donc « récupéré » son titre de « MISS FRANCE 1961 » à l’issu de ce procès.

    Répondre

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.