• « L’époux » et la famille d’une adolescente mariée religieusement en 2000 ont été condamnés mercredi par le tribunal d’Evry. La jeune fille a témoigné à la barre de ce qu’elle avait subi.

  • Elle avait été retenue pendant trois semaines dans l’appartement où avait eu lieu la « nuit de noces », subissant, deux fois par jour, des rapports sexuels avec un « mari » décrit comme brutal.

– le 12/02/2009 – 11h11

A l’origine, les poursuites avaient été engagées pour viol et séquestration. Les faits ont été requalifiés, après de longues péripéties procédurales. Jugé pour des faits d’atteinte sexuelle sur une adolescente de 14 ans avec qui il s’était « marié » religieusement, un Marocain de 29 ans a été condamné mercredi soir à deux ans et demi de prison ferme par le tribunal correctionnel d’Evry. Actuellement toujours en fuite, il fait l’objet d’un mandat d’arrêt.

Les faits s’étaient produits en 2000. Contre une dot de 2000 ou 3000 francs, la jeune fille, de nationalité française, avait « épousé » un jeune Marocain, alors âgé de 21 ans, en situation irrégulière et qu’elle n’avait qu’aperçu jusqu’alors. A la barre, la victime, aujourd’hui âgée de 23 ans, a expliqué avoir considéré à l’époque ce mariage était un moyen de se libérer du carcan paternel, avant d’affirmer que son père lui avait « imposé » cette union. Dans ses réquisitions, le procureur a évoqué un « pseudo-mariage« , issu d’un « pseudo-consentement« , après lequel l’adolescente a subi, deux fois par jour pendant 22 jours des rapports sexuels avec son « mari« , décrit comme brutal.

Trois semaines sans pouvoir sortir

Outre la peine prononcée à l’encontre du principal accusé, le frère du principal prévenu a été condamné à six mois de prison avec sursis pour complicité, pour avoir mis à disposition son appartement de Grigny, dans l’Essonne, où le « couple » avait passé la « nuit de noces » et les trois semaines qui avaient suivi, pendant lesquelles la victime n’avait pas eu la possibilité de quitter librement les lieux.

La compagne du père de la jeune femme, qui avait été à l’origine de l’achat de la robe de mariée et avait fourni à l’adolescente une plaquette de pilules contraceptives, a quant à elle été condamnée à deux mois de prison avec sursis pour complicité. Le cas du père de la victime, également poursuivi pour complicité, a été disjoint pour un problème de procédure. Il s’agit d’un ancien imam de Grigny, connu des autorités pour ses prêches radicaux, qui a été expulsé en janvier 2007 au Maroc.

D’après agence

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.