LONDRES – Le procès d’une élue française et de son fils accusés d’aide au passage illégal de frontières débute lundi devant un tribunal de Portsmouth (sud de l’Angleterre), trois mois après la découverte dans leur fourgonnette de 16 clandestins vietnamiens.
Christiane Chocat, 51 ans, conseillère municipale à Lumigny-Nesles-Ormeaux en Seine-et-Marne, près de Paris, comparaît avec son fils Benjamin Chocat, 20 ans, à partir de 10h00 locales (même heure GMT) devant le tribunal royal de Portsmouth.
Les deux Français avaient été interpellés dans ce port le 1er octobre dernier, à leur descente du ferry en provenance de Cherbourg (ouest de la France). Les clandestins, treize hommes et trois femmes, s’étaient cachés parmi des boîtes de nouilles aux crevettes dans leur fourgonnette de location. Ils avaient été renvoyés en France.
Mme Chocat et son fils ont été inculpés d' »assistance à l’entrée illégale dans un Etat membre de l’Union européenne ». Ils avaient été maintenus en détention mi-novembre lors d’une brève comparution technique.
Georges Chocat, époux de Mme Chocat, avait raconté lors de l’arrestation que sa femme lui avait écrit une lettre « où elle expliquait qu’elle a accompagné Benjamin en Angleterre dans une camionnette qu’il lui avait demandé de louer » et dans laquelle se trouvaient « des nouilles chinoises ». Le mari avait dit à l’AFP « ne pas avoir été mis du tout au courant de ce voyage ».

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.