Dispute mortelle aux assises

En décembre 2006, un Etretatais de 54 ans tuait l’ami de sa fille, son « gendre », d’au moins 28 coups de couteau. Le procès démarre aujourd’hui.

C’est à partir de cet après-midi et jusqu’à mercredi soir que les jurés de la cour d’assises de Seine-Maritime examinent l’accusation de meurtre portée à l’encontre de Richard Allain, un homme aujourd’hui âgé de 57 ans, soupçonné d’avoir tué son gendre à Etretat.

LES FAITS

Le 20 décembre 2006, à 23 heures, la gendarmerie reçoit l’appel affolé du voisin de Richard Allain : ce dernier vient d’avouer avoir porté un coup de couteau à Jérôme Cassard, l’ami de sa fille. Celle-ci vient d’avoir une petite fille et la jeune maman est d’ailleurs toujours hospitalisée. Les mains de Richard Allain sont couvertes de sang, il est en état d’ivresse.

L’ENQUETE

Sur place les gendarmes découvrent le corps de Jérôme Cassard (24 ans) allongé sur un matelas à même le sol, gisant dans son sang. L’autopsie décompte au moins 28 coups de couteau dont l’un, le dernier, a été porté au cœur avec violence. La lame s’est enfoncée de 20 centimètres. La victime était elle aussi très fortement alcoolisée.
Sommé de s’expliquer, Richard Allain a varié dans ses déclarations, évoquant une dispute liée à un match de foot puis à des retraits d’argents « suspects » dont il soupçonnait son gendre.
Mais comment expliquer les 28 coups de couteau ? Si l’accusé a varié dans ses déclarations, il expliquait finalement qu’il aurait été menacé par la victime, qu’en tentant de le désarmer Jérôme Cassard a été blessé et qu’ensuite il a été pris d’un coup de folie.
Constatant les blessures, l’accusé aurait tenté de le réanimer avant de songer à se suicider puis il a prévenu son voisin.

LA VICTIME

Jérôme Cassard avait 24 ans. A l’âge d’un an il a été placé en famille d’accueil (et ce jusqu’à sa majorité) parce que son père, décrit comme violent et alcoolique, lui avait cassé l’humérus alors qu’il n’avait que 4 mois.
Selon ses éducateurs, l’enfant avait des troubles du comportement, étant parfois agressif et impulsif. Il était l’ami de la fille de l’accusé depuis 2004.

PRESUME INNOCENT

Poursuivi pour meurtre, l’accusé encourt une peine de 30 années de réclusion criminelle. Si toutefois la cour devait requalifier cette affaire – étant donné son contexte alcoolisé notamment – en coups mortels ayant entraîné la mort sans intention de la donner, l’accusé encourrait 15 années de réclusion. Richard Allain demeure présumé innocent en attendant mercredi soir la décision de la cour d’assises.
B. M.-C.

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.